Road to Berlin : semaines 5-6-7-8

Hello hello !

On se retrouve sur le blog pour la suite de la série d’article sur ma prépa pour le marathon de Berlin 2019. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à aller lire le premier article sur le sujet, « Marathon de Berlin 2019 : prépa surprise !« , dans lequel je vous raconte comment je me suis retrouvée inscrite à mon deuxième major grâce à Nike Running, ainsi que les quatre premières semaines de ma prépa.

Aujourd’hui, on va parler de la deuxième partie de ma prépa, c’est à dire des semaines 5 à 8.

Avant de commencer à rentrer dans le détail, ce milieu de prépa a été assez « varié », puisque j’ai eu pas mal de choses à fêter en semaine 5, et j’étais en vacances en semaine 6. La semaine 7 a été plutôt studieuse, et la semaine 8 très calme en raison du semi-marathon de Lille le dimanche. J’ai très bien vécu ce coeur de préparation, en encaissant plutôt bien les séances et les kilomètres. J’ai bien augmenté mon seuil de tolérance à l’effort. Le moral était au rendez-vous, la forme aussi : c’est agréable lorsque tout va bien.

Trêve de blabla, rentrons dans le détail hebdomadaire.

Semaine 5 : du 5 au 11 aout

Semaine un peu particulière, puisqu’elle réunit à la fois mon anniversaire (fêté plusieurs fois), ainsi que l’anniversaire d’une très bonne amie, et notre anniversaire avec Vincent. Beaucoup de soirs dehors, beaucoup de soirées arrosées, et un départ en vacances samedi matin, pas tout à fait fraiche.

Lundi : repos
Mardi : Séance sur piste
Mercredi : Footing 1h et renforcement musculaire
Jeudi : Footing 1h30
Vendredi : Repos
Samedi : Séance d’allure
Dimanche : Footing 1h15 à jeun

Total de kilomètres : 69KM
Plus longue sortie : 18KM
Temps total d’entrainement : 7h

J’ai quand même réussi à faire toutes mes séances, ce dont je suis plutôt fière. Je suis par contre complètement passée à côté de ma séance d’allure du samedi, trop abimée par la soirée de la veille. L’alcool et la rigueur ne font pas bon ménage, et souvent, on ne peut pas picoler ET performer. Pas de regret, j’ai passé une excellente semaine, et c’était bien mérité.

Voir cette publication sur Instagram

Matin câlin ✨ Quand t'as des choses à fêter tous les soirs de la semaine, pas le choix, ça veut dire qu'il faut courir le matin 🌇 Footing de 1h30 ce matin 😅 Heureusement, j'ai pu faire 40 minutes avec les copains de @joliefoulee et @vince_le_gros , et après j'ai continué solo, en me disant : "fais comme si tu venais de commencer un footing de 50 minutes". C'est plus facile de découper je trouve. Niveau ravito, il y a quelques fontaines, j'ai donc pu boire un peu, et j'avais prévu un gel à prendre à 50 minutes, mais je l'ai perdu en chemin… J'avais peur de me sentir un peu mal mais finalement c'est passé nickel 👌🏻 Partir avec les gars m'a mis sur un bon rythme 🔥 que j'ai gardé ensuite assez naturellement, pour faire un peu plus de 18KM en 1h30 : sortie la + longue de ma prépa pour le moment ✔️ Quelques étirements pour terminer (comme ceux que j'ai mis sur IGTV) et la journée peut commencer, après un bon petit déjeuner 🥐🔛 . #prepamarathon #roadtoberlin #berlinmarathon2019 #prepasurprise🥨 #viensmattraper #createyourmove✨ #nikerunning #pegasus36 #polarambassador #morningrun

Une publication partagée par Mathilde Draeger | Paris (@mathildedrg) le

Semaine 6 : du 12 au 18 aout

Semaine de vacances : quatre jours dans le sud, quatre jours en Bretagne, en famille. Qui dit semaine de vacances dit opportunité de charger un peu plus les séances, et de doubler l’entrainement sur certains jours. En effet, j’avais la charge mentale du travail en moins à gérer, et surtout la possibilité de faire des siestes pour récupérer entre deux séances.

Le bi-journalier consiste à aller courir deux fois dans la journée, le matin et le soir. L’idée c’est de faire des kilomètres, d’augmenter le volume sur la semaine sans pour autant faire des sorties trop longues qui demandent un jour de repos après. C’est moins traumatisant de faire 10 + 10 que 20 par exemple. L’objectif, c’est vraiment de borner et d’apprendre à son corps à travailler sur l’effort. Mais ce n’est nécessaire que pour des grosses préparation, ou alors en stage par exemple.

Lundi : repos
Mardi, entrainement bi-journalier : matin, séance d’allure et soir, footing 1 heure
Mercredi : Footing 50 minutes et renforcement musculaire   
Jeudi : Footing 1 heure
Vendredi, entrainement bi-journalier : matin, séance d’allure avec l’aide de Vincent et soir, footing de 50 minutes
Samedi : repos
Dimanche : Footing 1h35

Total de kilomètres : 94KM
Plus longue sortie : 18KM
Temps total d’entrainement : 8h30

L’avantage de courir pendant les vacances, c’est qu’on change d’environnement. Et courir au bord de la mer ou de l’océan, c’est vraiment sympa. Plusieurs séances d’allure dans la semaine et des journée à 25 voir même 28 kilomètres, sans faire de sortie de plus de 18 kilomètres. L’avantage de bi-journalier. Il s’agit peut-être de la plus grosse semaine de ma préparation en terme de kilométrage. Je n’avais jamais couru autant dans le cadre d’une prépa (maximum 80 kilomètres pour préparer le marathon de New-York), et je suis assez fière de cela. J’ai profité de cette semaine de vacances pour me reposer, mais aussi pour bien profiter de tous les plaisirs de la vie : bien manger, prendre l’apéro, tous les trucs un peu cool qu’on fini par réduire à l’approche de la course.

Voir cette publication sur Instagram

Sans lui, je ne serais pas aussi assidue et motivée 😍 Normalement, il ne vient pas courir avec moi, mais ce midi, il est sorti du lit pour m'accompagner sur un 6x2KM allure rapide 🤯 18,5KM au total. Pour lui c'est un footing, pour moi c'est une séance difficile. Toute seule, je l'aurai faite, mais je n'aurais pas tenue l'allure. Merci mon amour de me faire courir plus vite 💥🏃🏼‍♀️ La bonne nouvelle, c'est que la séance la plus exigeante de la semaine est passée 💯 La moins bonne, c'est que j'y retourne ce soir 😅 Vive le bi-journalier des vacances (que sur 2 jours, ça va 😇) . #createyourmove✨ #viensmattraper #prepamarathon #prepasurprise🥨 #berlinmarathon2019 #nikerunning #couplegoal #polarambassador #polarvantagem #love #runaddict

Une publication partagée par Mathilde Draeger | Paris (@mathildedrg) le

Semaine 7 : du 19 au 15 aout

La première moitié de ma préparation est validée, et pour le moment tout roule. Il me reste quinze jours avant la première échéance de ma préparation, le semi-marathon de Lille. J’ai repris le travail, et je sais que cette semaine, je vais devoir encaisser un gros volume de kilomètres, pour profiter de mes jambes habituées à borner.

Lundi : repos
Mardi : séance sur piste
Mercredi : entrainement bi-journalier : matin, footing de 50 minutes et soir, footing de 50 minutes et renforcement musculaire
Jeudi : Footing 1h45
Vendredi : Repos
Samedi : Séance d’allure avec Coach Mathieu
Dimanche : Footing 50 minutes et renforcement musculaire

Total de kilomètres : 83KM
Plus longue sortie : 21KM
Temps total d’entrainement : 7h30

Première semaine très studieuse : quasiment pas d’alcool (un verre de vin et une bière sur toute la semaine), et une alimentation très équilibrée. Je me sens hyper en forme. Ma séance d’allure de samedi matin a été assez exigeante, et je testais sans le savoir ma future allure semi-marathon (2 fois 15 minutes entre 4’10/4’15). Mathieu, qui me suit pour le renforcement musculaire m’a accompagnée à vélo pour m’aider à tenir l’allure et à être régulière : cela a été ultra bénéfique. Encore une bonne semaine qui m’a mise en confiance pour la suite.

Semaine 8 : du 26 au 1er septembre

Cette semaine, c’est la dernière semaine de la deuxième partie de ma prépa. Samedi, je cours le semi-marathon de Lille, avec un objectif de 1h32, ce qui me ferait faire un RP d’environ deux minutes. J’ai hâte d’aller fouler le tartan, et voir ce que je donne en course officielle. Enfin, après tant de mois de galère. Au programme : semaine studieuse encore (zéro alcool, clean food, et du sommeil), et un kilométrage réduit pour « faire du jus ». C’est à dire laisser reposer les jambes avant la course, tout en les gardant un peu actives, histoire de.

Lundi : Séance sur piste
Mardi : Repos
Mercredi : Footing 50 minutes et renforcement musculaire
Jeudi : Repos
Vendredi matin : Footing 30 minutes
Samedi : Semi-marathon de Lille
Dimanche : Repos

Total de kilomètres : 47KM
Plus longue sortie : 21KM
Temps total d’entrainement : 4h30

Le résultat du semi-marathon de Lille, vous l’avez peut-être déjà lu quelque part : je termine en 1h28’29, soit une allure de 4’11/KM. Incroyable. L’allure que Vincent avait déterminée pour ma dernière séance d’allure était la bonne, et mes jambes l’avaient bien enregistrée. Si on me l’avait dit avant le semi, je n’y aurais pas cru. Je vous raconte d’ailleurs cette course incroyable juste ici : « Semi-marathon de la Brader’y : merci Lille« .

Bilan de ces quatre semaines du milieu : 22 séances de course à pied, 293KM (vs 233 pour les quatre premières), 5 séances de renforcement musculaire, 9 jours de repos, et un peu plus de 27 heures d’entrainement au total.

Clairement motivée par mon temps au semi-marathon, je valide complètement ces semaines intenses et studieuses. Le travail paye et ça faut plaisir. Cela me laisse aussi rêveuse pour la suite. Plus que quatre semaines avant le big day. J’ai hâte, même si je sais que le plus dur m’attend. Mais ce qui est fait n’est plus à faire, alors je savoure cette première victoire, tout en restant en alerte pour la suite ! On en reparle dans trois semaines.

À très vite,
Mathilde

FAQ

  • Tu vas connaitre des personnes sur le marathon de Berlin ? Non, je ne pense pas. Je suis invitée par Nike, et je ne sais pas encore qui y sera.
  • Quelle est la durée de la sortie la plus longue de ta prépa ? Elle sera surement autour de 2h30, 2h45 je pense. Je ne sais pas encore, car je n’ai pas mon programme en avance.
  • Es-tu stressée par ta participation au marathon ? Au moment où j’écris ces lignes, c’est à dire à la fin de ces huit première semaine, non car pour le moment tous les signaux sont au vert. Après, j’ai toujours un peu peur de me faire mal aux genoux à nouveau, mais je n’ai pas peur du marathon en lui même.
  • Comment gères-tu la récupération entre les séances ? Je bois beaucoup d’eau, je mange sainement, et j’essaie de dormir. Je m’étire aussi pas mal.
  • Comment optimises-tu ta récupération lorsque tu fais du bi-journalier ? Si je peux je fais une sieste. Et dans tous les cas, je bois beaucoup d’eau et je mange en bonne quantité aux repas.
  • Je prépare mon premier marathon. Pour toi, quel est le moyen de savoir si on est vraiment prêt.e ? Il y a deux choses je pense. Être prêt.e mentalement et être prêt.e physiquement. Normalement, si tu as pris ton dossard, c’est que tu es prêt.e mentalement. Et pour le reste, il faut suivre une prépa adaptée à ton niveau et à ton objectif. Si tu es assidu.e, alors tu arriveras prêt.e !
  • Quelles sont tes appréhensions pour les semaines à venir ? Tenir la charge d’entrainements des deux prochaines semaines, qui va être assez élevée. Et ne pas me faire mal pendant mes sorties longues, qui arrivent également.
  • Est-ce que partager toute ta prépa ne te mets pas une pression supplémentaire à celle que tu as déjà pour toi même ? Alors non, plus du tout. J’ai subit cette pression négative lors de mon premier marathon, et depuis, je me suis dit que plus jamais je ne gâcherai une course pour cela. Je partage ce que j’ai envie de partager, et je garde pour moi le reste. Je n’ai rien à prouver à personne, je fais ce que j’ai à faire. Un marathon, c’est l’inconnu, imprévisible, peu importe la prépa qu’il y a eu derrière. C’est presque décorrélé en fait. Le résultat sera qu’il sera, et si quelqu’un qui ne fait pas partie de mon cercle proche à quelque chose à y redire, ce n’est pas mon problème.
  • As-tu des moments de lassitude pendant ta prépa, où tu te demandes pourquoi tu fais tout ça ? Oui. En vrai, oui, il y a des fois, quand tu te lèves à 7h en vacances pour aller courir, tu te demandes pourquoi tu le fais. Pareil pendant des sorties un peu difficile. C’est inévitable. Mais au fond, je sais pourquoi je le fais : le challenge, le défi, le résultat, c’est ce qui me fait vibrer.
  • Vas-tu t’entourer des professionnels de santé pour les dernières semaines ? Ce n’est pas prévu, mais si besoin, je n’hésiterais pas à le faire.
  • Pour tes sorties longues, comment gères-tu les ravitaillements ? Eau et gel ? Je pars avec un gel en général (overstims ou maurten), et soit un camelbag, soit une petite bouteille d’eau à la main. Je teste d’ailleurs mes gels sur mes sorties pour être sûre de les digérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.