Motivation, conseils sport, et autres – FAQ 3/3

Mathildedrg

Hello ! 

J’espère que vous avez passé un bon week-end. Je vous retrouve ce soir sur le blog avec la dernière partie de ma FAQ. J’y ai mis toutes les questions qui ne rentraient pas forcement dans les catégories des deux premières. Bonne lecture 🙂

 

Tes meilleurs conseils le jour d’une course officielle ? Le réveil, l’alimentation, la prépa psychologique, le départ ?

Difficile cette question, car on est tous différents face au stress. Déjà, la veille, je conseille de bien préparer toutes ses affaires et le sac que l’on va laisser aux consignes. Cela évite le stress du lendemain matin. Et passer une soirée tranquille, manger un bon plat de pâtes devant un film, boire beaucoup d’eau. Le matin, prévoir de prendre son petit déjeuner 2h/2h30 avant (plus si c’est avant un marathon). Il ne faut pas spécialement changer de ses habitudes, pour ne pas perturber son corps. Mais éviter les choses trop acides, comme les jus par exemple. Du pain, une banane, des céréales… Tout dépend de ce que vous mangez d’habitude. Penser à boire un grand verre d’eau et un thé, et puis aller aux toilettes aussi. Personnellement, je prévois d’être sur le village de départ entre 1 heure et 45 minutes avant le départ de la course. Ici encore, cela dépend de l’importance de la course. Je prends tout le temps un sac poubelle ou un vieux pull pour me couvrir entre le moment où je mets mes affaires à la consigne et le départ, pour ne pas avoir trop froid. Je commence à me concentrer sur ma course et mon objectif au moment de l’échauffement. 15 minutes de footing, puis quelques gammes. Ensuite, direction le sas de départ, où on attend calmement. L’idée est de ne jamais partir trop vite, et de garder le premier kilomètre pour trouver son allure. Ensuite, il n’y a plus qu’à !

 

« Je n’ai jamais fais de courses officielles de peur de faire un temps tout nul et de me dire que je n’y arriverais jamais. Comment se lancer et comment se préparer ? »

Déjà, il n’y a pas de « temps tout nul ». Chacun court et progresse à son rythme. On est tous plus fort ou moins fort par rapport à quelqu’un, et il faut se comparer seulement à soi même. Donc premièrement, il faut s’enlever cette question de la tête. Choisir une course qui te fait envie, dans une ville qui te tente, là où tu peux avoir des amis et/ou de la famille pour venir t’encourager. Puis commencer par une petite distance, comme un 10KM par exemple. Une fois le dossard acheté, plus question de reculer ! Tu peux aussi embarquer un proche avec toi (amis, collègue, etc), pour relever le défi à plusieurs. Et pour la préparation, tout dépend de la distance de la course, mais continuer à courir régulièrement, 2 ou 3 fois semaine, c’est déjà super ! Ensuite, pour aller un peu plus loin, il existe des milliers de plans d’entrainement sur Internet et sur les différentes applications. Il suffit juste de trouver celui qui te parle le plus. Et le jour de la course, même si c’est dur, une fois la ligne d’arrivée franchie, ce n’est que du bonheur !

 

Quand et comment as-tu commencé le sport, le running ? As-tu toujours couru et fait beaucoup de sport ?

J’ai commencé le sport en salle de sport en avril 2014, et à courir en juin 2014. Cela fait donc un peu plus de 3 ans que je fais du sport au minimum 3 fois par semaine. Avant, je n’étais pas particulièrement sportive. 

 

Des conseils pour réussir à se lever plus tôt pour un training, et pour mieux dormir ?

Pour mieux dormir, je dirai se coucher avant minuit, avec une tisane et un bon livre. Ne pas manger trop lourd le soir non plus. Et pour se lever un peu plus tôt, regarder la veille le training que l’on va faire, préparer ses affaires, et ne pas trop réfléchir quand le réveil sonne. Et penser au petit-déjeuner juste après !

 

Que préfères-tu entre un run matinal ou une séance de renfo ? Comment te sens-tu après un run matinal pour le reste de la journée ?

Je n’ai pas spécialement de préférence, cela dépend de mon programme. Et surtout de la saison. L’été, j’adore les runs du matin, car il fait jour. L’hiver, la nuit c’est plus compliqué de se motiver. J’aime bien mes trainings de 15/30 minutes à la maison le matin en ce moment, ça me réveille bien ! Après un training ou run matinal, suivi d’une bonne douche, je me sens réveillée et prête à attaquer la journée. Et je me sens super bien d’avoir fait ma séance de sport du jour, ça me donne la pêche et bonne conscience pour le reste de la journée. 

 

Est-ce que tu es coach ?

Non, absolument pas, je n’ai aucune expérience dans le domaine.

 

Quel est ton prochain objectif de course ?

Semi-marathon de Boulogne, en novembre 2017.

 

Prochain marathon ?

Nantes en avril 2018 !

 

Parfois j’ai mal aux genoux quand je cours, comment y remédier ?

Je te conseille d’aller voir un médecin du sport et/ou un podologue pour faire une analyse de foulée, et vérifier que tu aies bien les bonnes chaussures adaptées à ta foulée.

 

Lorsque tu as arrêté la course pour cause de blessure, c’était arrêt total ou tu faisais autre chose ?

Non, j’ai continué ce que je pouvais faire. Je suis allée nager, et je faisais du yoga et du renforcement musculaire. Mais j’avais bien diminué mes séances de sport.

 

Vas-tu te lancer dans le triathlon ?

Non. Je suis satisfaite par la course à pied. De plus, ça ne m’attire pas plus que ça, et je trouve que c’est trop d’organisation pour moi pour le moment.

 

Tu as eu une phase de remise en question, quel a été le déclic pour te reprendre en main ? Qu’est ce qui t’as reboostée pour mieux repartir sur un programme d’entrainement structuré ?

Dès que j’ai pu reprendre les entrainements après mon entorse, je me suis fixée l’objectif des 10KM Paris Centre, et j’étais déterminée à faire mon maximum pour cette course là. Je ne voulais avoir aucun regret. J’ai donc suivi le programme fait par mon coach. Et c’est ce que je continuerai à faire pour toutes les prochaines courses pour lesquelles je me suis fixée un objectif.

 

Ta motivation ?

Le sport aujourd’hui, c’est mon équilibre. J’ai besoin de transpirer pour me sentir bien dans ma tête et dans mon corps. Donc ma motivation vient de plusieurs choses : déjà j’ai envie d’aller faire du sport. Ensuite, je me fixe des objectifs en course, et c’est ce qui me motive à faire mes séances jusqu’au bout. Et ensuite, je sais que cela va avoir un impact positif sur mon corps, et j’aime bien me sentir bien dedans, mince et tonique.

 

Quelle progression as-tu eu en terme de vitesse pour pouvoir courir 10KM en moins de 45 minutes ? Comment y parvenir ?

Je ne suis pas sûre de bien comprendre la question. Lorsque j’ai couru 10KM pour la première fois, en juin 2014, je l’ai fait en 1 heure pile. Puis en 2015, je crois que j’étais aux alentours de 48 minutes. Puis 45 en 2016. Et 42 cette année. Pour y parvenir, je dirais que j’ai couru régulièrement, et que je me suis entrainée pour mes différentes course.

 

Comment t’habilles tu pour courir l’hiver ?

Je n’aime pas l’hiver, il y a trop de couches haha. Legging long, et j’applique la règle des 3 couches en haut : un t-shirt technique et respirant, un pull technique qui cache le cou, et une veste coupe vent. Je porte aussi parfois un bandeau pour les oreilles. Et je fais attention à être bien visible avec des points réfléchissants, car l’hiver, il fait souvent nuit lorsque je pars courir, le matin ou le soir.

 

Comment construis-tu ton plan d’entrainement ?

C’est Vincent, mon coach, qui me le donne en début de semaine. Ensuite, je l’adapte au mieux en fonction de mon emploi du temps.

 

Depuis combien de temps pratiques-tu le running ? Combien de fois par semaine ?

Depuis mai 2014, avec une moyenne de trois fois par semaine.

 

Quelle est ta nouvelle routine course + renfo musculaire ?

En ce moment, je cours 3 ou 4 fois par semaine, et je suis le programme Runtastic Results 3-4 fois par semaine. Je complète avec une séance de yoga, et parfois un cours de cycling.

 

Comment rester motivée sur une longue période ?

Je conseille de découper la période en plusieurs morceaux, avec plusieurs petits objectifs. Et faire des pauses entre les différents objectifs. Par exemple, je me suis beaucoup entrainée pendant 9 semaines pour mes 2 derniers 10KM, et là, je viens de prendre une semaine durant laquelle je n’ai pas couru, j’ai eu des sorties tous les soirs, etc. Je reprends l’entrainement lundi, et j’ai hâte ! Je suis motivée pour mon prochain objectif.

 

Quels sont les meilleurs exos d’abdos pour des résultats visibles ?

Aucune idée. Une bonne alimentation je pense, en priorité. Pour moi, des abdos visibles, ça ne doit pas être un but en soi. Personnellement, c’est un indicateur de ma forme du moment. Je ne fais pas des abdos pour qu’ils se voient. Mais ils se voient quand je suis en forme, que je mange correctement et je fais du sport régulièrement.

 

Est-ce que pour toi le fractionné et le renfo sont essentiels voir indispensables pour performer en course à pied ? ou seulement des sorties longues (1H) peuvent suffire pour évoluer ?

Je pense qu’il faut les 3. Tout dépend de ton niveau de départ, mais in fine, les 3 sont nécessaires pour progresser.

 

Tu as déjà fais des compétitions sur piste (800-1500…) ?

Non jamais. Je suis une vraie coureuse de route.

 

Est ce que tu as une bible du running et/ou alimentation ? Un livre ou magazine d’où tu tires tes bons conseils ?

Pas particulièrement. C’est plus une accumulation d’expérience, des habitudes prises au fur et à mesure des années. Je lis pas mal sur le sujet, dans quelques magazines, sur les blogs, etc, mais je n’ai pas un livre en particulier.

 

Tu n’as pas peur pour tes articulations ? Beaucoup de courses et de HIIT : pas de douleurs aux genoux ?

Je reste à l’écoute de mon corps, et depuis 3 ans, je sais reconnaitre lorsque j’ai besoin d’aller voir un kiné, ou de ralentir le rythme, ou de mieux m’étirer. J’ai eu le syndrome de l’essuie glace, mais j’ai réglé cela avec une paire de semelles orthopédiques à mettre dans mes chaussures de running. Depuis, je n’ai plus eu de problème. Je touche du bois du coup. Et je ne fais pas tant de HIIT que cela.

 

Pourquoi intégrer le groupe d’adidas Runners et pourquoi pas un club d’athlétisme ?

Je n’ai jamais eu envie de rejoindre un club d’athlé, je ne sais pas pourquoi, cela ne m’a jamais vraiment attiré. Trop de contraintes, un coté un peu trop académique à mon gout, moins glamour.. C’est surement très superficiel ce que je dis, et je m’en excuse, d’autant plus que je n’ai jamais fait de séance d’essai ou autre. Donc j’avoue que je ne sais pas de quoi je parle. Et surtout, lorsque je m’étais renseignée, j’avais vu que les entrainements étaient beaucoup trop tôt pour moi (19H en général). Mais j’avais quand même envie de courir en groupe, pour me motiver, rencontrer des gens, faire partie d’une équipe. J’ai donc rejoins AR Sentier, qui court tous les mardi au centre de Paris à 20H30, et le jeudi sur stade à 20H.

 

Tu as toujours cours avec des groupes ou tu as commencé seule ? Que peuvent apporter ces sorties en team en plus de la motivation ?

J’ai commencé seule, en 2014. Puis lorsque j’ai habité à Milan, j’ai rejoins le NRC de Milan pendant quelques mois, de septembre à décembre 2015. En rentrant à Paris, j’ai rejoins le NRC Paris, jusqu’en juillet 2016. Puis j’ai commencé à travailler, et le départ du NRC était trop tôt et trop loin pour moi. J’ai donc retrouvé des amis chez AR Sentier, avec qui je cours depuis septembre 2016. En plus de la motivation des runs hebdos, j’ai rencontré énormément de gens super cool, donc cela m’a apporté des amis, des moments ultra forts lorsque l’on a des événements par exemple. Et surtout, j’ai beaucoup appris au niveau course à pied, car je suis entourée de gens passionnés, et bien meilleurs que moi.

 

Peux-tu nous en dire plus sur AR et nous parler de tes début dans le club et de ton expérience ?

Alors je ne fais pas partie du Club AR (qui est maintenant un club d’athlétisme FFA), mais je fais partie d’une des équipe de la Adidas Runners League Paris. J’ai commencé à courir avec Sentier en septembre 2016, et l’année dernière, j’ai rejoins en parallèle la Team Elite (qui n’existe plus aujourd’hui) en décembre 2016. Avec Sentier, j’ai pu préparer toutes mes dernières courses grâce aux entrainements hebdomadaires, j’ai énormément progressé depuis un an. Et en plus du coté performance, le côté social est hyper fort. Être en compétition contre les 8 autres quartiers, c’est vraiment chouette. Tous nos événements sont top, il y a une vraie cohésion de groupe. Même aux travers des teams, on s’entend bien, on a des supers soirées, et au final, on est la grande famille des Adidas Runners Paris.

Pour faire un rapide rappel, presque toutes les teams fonctionnent pareil : il y a un QG pour le run hebdos (mardi ou mercredi), et ce QG est un bar, duquel partent et reviennent les runs. On peut y laisser ses affaires, et boire un verre / manger un morceau après le run. Certains quartiers sont plus festifs que d’autres, et le verre se transforme parfois en grosse soirée. Puis il y a souvent un fractionné organisé le jeudi, histoire de s’entrainer en groupe.

 

Comment faire pour rejoindre un groupe adidas Runners Paris ?

Pour rejoindre une des 9 teams, rien de plus simple. Il faut choisir celle que tu veux rejoindre (Sentier, Pigalle, La Villette, Bir-Hakeim, Bastille, République, Odéon, Batignolles, ou Champs-Elysées), trouver le groupe sur Facebook, regarder les jours et horaires des runs hebdos, éventuellement mettre un petit message pour dire que tu es nouveau et que tu viens la semaine prochaine, et …c’est tout !

Tu peux aussi depuis cette année rejoindre le Club adidas Runners Paris, qui est un vrai club d’athlétisme, avec une license etc. Je crois que l’inscription est à 250€, et il y a une tenue de bienvenue, et l’accès au 2 entrainements sur stade par semaine. Tout dépend ce que tu recherches.

 

Je crois qu’on a fait le tour de toutes vos questions. Je ne pensais pas que cette partie là serait aussi longue haha. Bravo si vous êtes allés jusqu’au bout !

J’espère que vous avez trouvé votre bonheur dans mes réponses, et ici encore, n’hésitez pas si certaines choses ne sont pas claires, ou si cela vous fait penser à d’autres questions.

À très vite,
Mathilde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *