#Instalove

Hello,

J’espère que vous allez bien. Je reviens sur le blog pour un article « humeur », au sujet de mon réseau social favori. Ou ex favori ?

Instagram a la vie dure en ce moment, il y a de quoi : entre l’algorithme qui n’en fait qu’à sa tête, les rappels à la réalité « Instagram c’est pas la vraie vie », les marques qui inondent les comptes populaires de posts sponsorisés… On ne sait plus vraiment dans quelle team se placer : pour ou contre ce petit réseau devenu (trop) grand ?   

Après avoir lu plusieurs articles ou posts d’autres influenceuses (dont certaines sont des vraies copines  💕), et les commentaires qui ont suivit, j’ai moi aussi eu envie de m’exprimer sur le sujet. Je vous conseille d’ailleurs l’article de Marie, une sorte de critique et d’auto-critique bien pensée, qui fait forcement tilt si on partage son quotidien sportif en format 1×1.

 

 

Ça critique, ça critique…

Commençons par tout ce qu’on peut reprocher ce réseau, leader dans le partage de rêve et de motivation joliment mis en scène.

• Oui, le nouvel algo fait chier

Fini l’affichage chronologique sur mon feed, je me retrouve avec les photos les plus likées en première ligne, et je rate donc pleins de posts cool des plus petits comptes. Je perds d’ailleurs personnellement en impressions sur mes photos (nombre de vues), en likes (#tristesse), et même en abonnés. De quoi l’avoir mauvaise de temps en temps.

• Oui, tout le monde poste la même chose

Surtout chez les « influenceuses ». Moi la première. Mêmes produits en vogue offerts par une marque, mêmes photos post running, même #healthybreakfast, même selfie chez Let’s Ride, etc etc. Après le running, c’est le triathlon qui a le vent en poupe : pas une journée ne passe sans que je vois les super rides ou swimming sessions des copines. Why not. 

 

 

• Oui, c’est la course à la performance

À qui fera le plus de sport, le plus de kilomètres, courra le plus vite. Ici encore, je suis coupable : je prends soins de mettre un filtre Strava sur mes photos post-run avant de les partager. ET je me sens un peu nulle quand j’ai couru moins de kilomètres que les copines.

 

 

•Et du coup, oui, Instagram est finalement culpabilisant

Tous ces gens qui tournent à 8-9h de sport par semaine en étant « juste » amateurs, qui mangent super sainement sans jamais faire un faux pas, et toutes ces nanas en brassières l’hiver et bikini l’été sans un gramme de gras…  C’est sûr, ce n’est pas facile dêtre bien dans ses baskets quand ça tombe un jour où on a eu la flemme de faire et qu’on se sent un peu à l’étroit dans son legging. Et je me sens concernée par les 2 : cet été, je me suis trouvée bien dans mes tongs, et j’ai donc particulièrement exagéré sur les photos #bikinibody. Mais parallèlement, je ne compte pas le nombre de fois où j’ai culpabilisé d’avoir séché le sport en lendemain de soirée, histoire d’aller transpirer un peu, ou quand je ne me suis entrainée « que » 3 fois cette semaine. 

 

 

• Dernier point, OUI, Instagram, ce n’est pas la vraie vie

Tout le monde ne vit pas H24 7/7 en format carré, dans un décor passé par VSCO (une super appli avec des jolis filtres), avec un sourire collé au visage toute la journée. Mais c’est sûr que c’est énervant de voir les quotidiens enjolivés des autres alors qu’on est sous la pluie au bureau. Peut-être que les gens mentent ? Peut-être qu’ils ont en fait une vie toute nulle et qu’ils veulent nous faire croire le contraire, en se mettant en scène ? Tout cela ne serait alors que du vent ? Perso, je plaide aussi coupable (pas pour le mensonge), mais pour partager au maximum les meilleurs moments de mes journées (si j’ai passé une journée toute pourrie, je ne poste tout simplement pas), avec une jolie photo, à laquelle j’ai pris soin d’ajouter quelques filtres, pour qu’elle soit encore plus jolie. Parce que oui, maintenant, en plus de raconter des trucs cools, il faut avoir un feed irréprochable. 

 

Mais au fond, on l’aime bien, cette appli

Bref, on pourrait débattre pendant des heures, il y a effectivement pleins de raisons qui poussent au ras le bol ambiant. Mais si on décidait de laisser les critiques de côté, et de ne prendre que le positif d’Instagram ? Parce qu’en vrai, si ce réseau ne vous plait plus (#cetaitmieuxavant), rien ne vous oblige à y rester.

 

Pour moi, Instagram, c’est aussi beaucoup de kiff. J’entretiens depuis 3 ans une relation très intime avec ce réseau (#Instalove). C’est grâce à lui que je me suis mise au sport, c’est grâce à lui que j’ai découvert une partie du marketing sportif, que j’ai découvert le digital, c’est grâce à lui que je suis devenue « influenceuse et un peu bloggeuse », que j’ai rencontré des gens super cool et que je me suis fais plein de copains dans la vraie vie, et c’est grâce à lui que j’exerce le métier que je fais aujourd’hui. Alors non, il n’y a pas que du négatif. Au contraire.

 

Instalove - Mathildedrg

 

Il y a des choses à faire, et à ne pas faire 

Je suis coupable de plein de choses qui énervent sur Instagram : je poste un récap de mes runs après chaque sortie, je poste des photos de mon T-shirt AR Sentier, je me prends en selfie chez Let’s Ride et en photo Chez Simone, je mets quelques assiettes healthy (mais pas trop), je cherche la photo parfaite avec la meilleure mise en scène possible, l’été je mets des photos de moi bronzée et pas trop mal gaulée en maillot de bain ou en brassière, j’utilise le #MondayMotivation quand je vais à la salle le lundi, je fais aussi des partenariats parfois rémunérés avec des marques et je fais attention à avoir un beau feed. C’est grave docteur ?

 

 

Mais il y a aussi beaucoup de choses que je ne fais pas, ce qui me permet d’entretenir une relation saine avec Instagram.

 

• Règle numéro 1 

Je ne fais JAMAIS une activité sportive (ou non sportive) pour pouvoir la poster sur Instagram. Jamais de l’histoire de mon compte je me suis dit « Je vais aller à tel cours, ou je vais faire telle séance pour pouvoir mettre une photo ». Jamais. Par contre, j’avoue réfléchir dans l’autre sens : je suis en train de faire du sport, quelle photo cool je vais pouvoir prendre ou utiliser pour illustrer la séance, car ça serait dommage de ne pas en poster une. D’une pierre deux coups donc. 

 

 

• Règle numéro 2

J’ai arrêté de suivre des comptes qui m’énervaient ou qui me faisaient me sentir nulle. Je ne follow que des comptes qui m’inspirent vraiment, derrière lesquels il y a des gens que je trouve entiers, vrais. Je ne souhaite pas forcement avoir leur vie, et je ne suis pas toujours d’accord avec leurs propos et/ou mode de vie, mais je les aime bien quand même. Suivre une nana pour lever les yeux au ciel à chacun de ses posts, je ne vois pas l’intérêt. Par exemple, je n’ai quasiment plus aucune #Fitgirl dans mes abonnements, tout simplement parce que ça ne m’intéresse plus. Sauf si elles postent des exos à refaire facilement. 

• Règle numéro 3

Je sais décrocher. Je n’ai pas la phobie de ne pas poster pendant 24 ou 48h. Si je fais des trucs cools et perso, non lié au sport et que je n’ai rien à partager, car j’ai aussi ma vie privée, je ne poste pas. Je partage beaucoup, mais pas tout.

Ce sont pour moi les 3 principales choses qui font qu’Instagram m’apportent bien plus de choses positives que de négatives, et c’est pour ça que j’en ai rarement marre. En 3 ans, je n’ai jamais eu besoin de « faire un break » ou une « detox ».

 

 

J’arrive à prendre la distance nécessaire quand il le faut, à relativiser en gardant en tête tous les vices que le réseau peut avoir. Et je suis contente de dire, oui, je continue à aimer partager avec vous via IG, que j’aime voir les posts des copines même si on poste un peu toutes la même chose. 

 

Je ne sais pas quel est votre avis sur le sujet ? Vous en avez marre vous aussi ? Comment utilisez vous Instagram ? Quels sont les comptes que vous continuez à aimer suivre, et pourquoi ? Qu’est ce qui vous déplait sur ce réseau ? Je suis vraiment curieuse d’avoir vos avis, ça m’intéresse vraiment. 

 

J’espère que cet article vous a plu, même si au fond, il n’a pas vraiment d’interêt haha. Mais j’avais envie (comme dans mes articles « Humeur » de partager mon ressenti sur ce que devient Insta. Au plaisir de vous lire.

À très vite,

Mathilde

Comments

  1. Marina

    Je trouve ton article tellement vrai !
    Ce que j’aime sur Instagram c’est réussir à nous donner la motivation de faire du sport quand on a des jours de flemme, c’est chercher des inspirations culinaires, c’est aussi dénicher des bons endroits quand tu veux visiter une ville (aussi bien des lieus non touristique que des bons petits resto 😈). Mais c’est que j’aime pas sur IG c’est l’algorithme (qui aime?) et les comptes trop sponsorisés.
    En tout cas ton compte IG est top, ça doit faire presque 3 ans que je te suis et j’aime toujours autant des posts 😊

    1. Post
      Author
    1. Post
      Author
  2. Audrey32

    Coucou Mathilde!
    Merci d’être honnête avec nous ça fait plaisir et du bien 😊. Je te rejoins sur de nombreux points. Je me sens parfois lassée de traîner sur Instagram car je vois souvent la même chose et j’ai beaucoup souri lorsque tu parles de cet Engouement pour le triathlon. Bon je suis restée au running et au renforcement musculaire! je ne fais rien de dingue mais j’aime courir dans mon petit coin de campagne avec mes petits objectifs. J’apprécie davantage suivre des filles que je trouve authentiques et « normales » je ne sais pas trop comment dire… tu en fait partie ! Tu manges des Burger tu aimes passer des bons moment Avec tes potes, tu bosses, t’es parfois creuvée comme tout le monde, c’est pas toujours facile de de bouger le popotin pour s’entraîner. Et c’est ce qui est intéressant c’est de nous montrer aussi que l’échec ça existe et que non ce n’est pas parce qu’on s’est blessé ou qu’on a chié une courSe qu’on est naze. Il faut prendre du recul en allant sur Instagram tu as raison! Merci pour ton article en tout cas! Grosses bises!!

    Audrey

    1. Post
      Author
      Mathildedrg

      Hello Audrey,

      Merci pour ton commentaire.
      Contente de partager cet esprit là avec de plus en plus de monde 🙂

      Des bisous,
      Mathilde

  3. Nuria

    Bonjour Mathilde. Je viens de découvrir ton blog par ton compte Instagram, je me permets donc de poster mon premier commentaire ici, il est de rigueur :p
    Je suis sur Instagram depuis quelques années mais je ne vois son intérêt que depuis quelques mois. Pour différentes raisons, j’ai eu un déclic sportif en février dernier et depuis, le running, le vélo et les cours de renfo en salle sont devenus mon quotidien et j’abandonnerai ça pour rien au monde. J’ai commencé à courir grace au livre d’Anne&dubndidu, je l’ai donc cherché sur internet et… J’en viens donc à Instagram ! Ce que j’adore sur ce réseau, c’est la motivation qu’il me procure et le sentiment que je ne suis pas seule devant mes objectifs… comme tu le dis, il faut bien choisir qui on suit, au risque de finir avec que des photos de fitgirl et d’y laisser sa confiance en soi au passage… Instagram m’a permis de me trouver une passion et de pouvoir partager (avec peu de personnes pour le moment) mes petites victoires. Car en effet à mon niveau les victoires sont petites, mais je n’en ai pas honte justement, je n’ai pas ce sentiment de devoir faire au moins comme les filles que l’on suit. Je suis l’ancienne dernière du cours d’EPS, donc chacun de mes pas est une victoire 🙂 Instagram a permis la création d’une communauté de runneurs, toujours motivant et jamais culpabilisant, donc pour ça, je m’en remercie.
    Núria (nuria._m)

    1. Post
      Author
      Mathildedrg

      Hello Nuria,

      Merci pour ton message 🙂
      J’ai aussi commencer le sport en trouvant l’inspiration sur Instagram, donc je vois complètement ce que tu veux dire.
      Il faut prendre le meilleur, ce qui nous inspire et nous motive, sans se comparer à tout ce que l’on voit. La seule vraie comparaison, c’est par rapport à soi même. Bravo pour toutes tes victoires !

      Bons runs 🙂
      des bisous,
      Mathilde

    1. Post
      Author
  4. Era Rachel

    Salut je viens de lire ton article via insta et foutrak. Super très bien écrit très vraie et j’adore . Voilà excuse moi mais je vais te critiquer toi et les autres filles sponsorisées. Tu dis que tu ne plus voir les actualités des petits comptes…. mais pourquoi ne pas t’abonner à ces petits comptes que tu aimes tant ?! Moi je me désabonne doucement de ces gros comptes qui ne cherchent que plus de sponsoring et de followers. Ça me gave copieux ces filles qui ne sont pas vrais et on dirais qu’on peut tous vivre des réseaux sociaux. Je fais plein de chose tout comme toi. Mais je ne suis pas sponsorisé. Je bosse d’arrache pied dans la vraie vie et pourtant je fais beaucoup de sport. Et IG ne m’a fait jamais culpabiliser mais reste un motivateur. Continue d’écrire tu le fais bien. Et Merci de donner la parole aux petits comptes sans importance. Rachel de @mabullederunneuse

    1. Post
      Author
      Mathildedrg

      Hello Rachel,

      Merci pour ton commentaire 🙂

      Comme je t’ai répondu sur Instagram, je suis bien abonnées à des petits comptes, à mes vrais amis etc, mais comme l’algo instagram ne montre que les posts les + likés en premier (comme Facebook), parfois je les rate. je vais donc les voir directement sur leur compte.

      Et je ne vis pas du blog et d’Instagram, c’est pour moi une activité annexe, un loisir. Mais j’ai aussi un travail, je suis Community Specialist et Chargé de com digitale chez Sport Heroes Group. J’en parle ici : 2017, mon bilan à mi parcours 😉

      À très vite,
      Mathilde

  5. Mme Bavarde

    Cet article est loin d’être sans intérêt rassure-toi ! Instagram est sur quasi toutes les lèvres en ce moment et il est normal de parler de ce réseau qui nous prend beaucoup de temps (il faut l’avouer, tu le dis ici d’ailleurs, on y pense souvent : quand on fait quelque chose « ah tiens, quelle photo pourrais-je faire ? »).
    Je suis un peu comme toi. Globalement, j’ai les mêmes avis et les mêmes règles. Je ne suis pas angoissée si je ne poste pas, j’essaie de faire des choses jolies, mais qui restent spontanées car pour moi c’est ça qui est important. Bon, après, j’ai beaucoup moins d’abonnés et likes que toi, mais, à mon échelle, instagram prend quand même pas mal de place. Avant je suivais pas mal de filles qui me faisaient culpabiliser (entre autre sur le côté healthy et fit), ou qui me faisaient penser que j’avais une vie pourrie parce que pas d’aussi jolies photos… J’aime la beauté d’instagram et des photos qui vont avec, mais j’aime quand ce sont des comptes de « vraies personnes », qui échangent, qui répondent aux commentaires, qui deviennent des amis éventuellement… C’est d’ailleurs ce que je retrouve dans ton compte : tu es réelle (hihi) et pour avoir eu la chance de te rencontrer, tu es celle qui transparaît sur ton feed et ça, ce n’est pas le cas de tout le monde 😉
    Alors continue à poster tes élans motivationnels parce qu’ils sont bons pour nous aussi, et continue à faire les selfies chez Let’s ride, même si d’autres font le même… Parce que tu as cette énergie positive et que ça donne la banane de voir ton compte 🙂 Tu vois, je n’ai jamais fait de sport pour faire une photo, mais j’ai déjà enfilé ma paire de baskets en voyant une photo de toi et en me disant « allez, moi aussi j’y vais ! », et ça, c’est juste génial !

    1. Post
      Author
      Mathildedrg

      Hello Emilie,

      Merci pour ton message 🙂 c’est toujours cool de te lire.
      Et si je peux te faire mettre des baskets de temps en temps, c’est le top 😀

      À bientôt sur une course ?
      Des bisous,
      Mathilde

  6. Pauline

    Bonjour Mathilde,
    C’est intéressant ce que tu écris, à de multiples points de vue, et surtout pour moi qui suis un véritable sous-marin de la toile : je consulte, je « follow », mais je ne commente quasi jamais et je ne poste que rarement sur les réseaux sociaux. Ce que tu écris retranscrit une partie de ce que je pense toute seule dans mon coin (et je dois pas etre la seule), notamment au sujet de ces filles parfaites / bronzées / influentes qui ne ratent jamais une séance ou qui n’ont jamais de fringale de frites après leur sortie paddle/vélo/aquaponey… Au début c’est beau et motivant, mais ça devient finalement agaçant, soit qu’on trouve ça peu crédible (les jours où l’on est bien avec soi-même) soit que ça nous mette face à notre propre manque de rigueur (les jours où l’on est encline à se flageller un peu).
    Mais en fait, ce qui m’agace le plus au fond, c’est que c’est le reflet d’une pratique sportive ultra-stéréotypée qui est en train de s’imposer comme une espèce de norme part la place qu’elle prend dans l’espace médiatique. ( ça me fait penser à l’ampleur des blogs mode à une époque, une espèce de consumérisme effréné complètement irréel du point de vue du porte-monnaie moyen, et dont on semble un peu revenu(e)s).
    Au risque d’être un peu longue, je vais me permettre de prendre mon exemple personnel : j’ai toujours fait du sport (sauf entre 19 et 23 ans, toute à la joie de faire autre chose, sans doute). J’ai pratiquée plusieurs activités, en compétition pour la plupart, puis du fitness une fois à Paris car c’est la seule chose que je pouvais me permettre financièrement ! Il est donc très étonnant pour moi de voir comme l’esthétique fitness a pris le pas sur toutes les autres dans l’image qu’on donne du sport sur les réseaux sociaux, alors même qu’il est un peu difficile de considérer cela comme un sport à part entière ! Cela explique aussi la surexposition des corps féminins, puisque le but du fitness c’est avant tout cela : la transformation, la maîtrise du corps. Et cette esthétique empiète sur toutes les autres, alors qu’au départ ce qui devrait nous intéresser, c’est la performance sportive en elle-même.
    Il se trouve que je suis fine, plutôt musclée avec un « 6 pack » apparent sans trop d’effort. Mais il ne me viendrait pas à l’idée de courir un semi-marathon en brassière pour qu’on le voit alors que j’estime que mon chrono n’a rien d’exceptionnel… Tout comme je ne passerais pas mon temps sur une course à prendre des photos de moi, alors que je suis là pour courir (et que quand je cours je suis peu photogénique 😉 ) et surtout m’amuser avec mes amis. Et pourtant, dans l’ensemble je réalise (et mes amis aussi) des performances meilleures que bien des instagrameurs, avec des préparations aléatoires, sans hygiène diététique drastique, et sans matériel technologique.
    Je crois que c’est ça le plus déconnecté au final ! c’est que si on regarde instagram, on croit que le sport c’est du fitness, du running, du vélo (et du paddle pour la détente ) et basta. Or il y a bien d’autres manières de faire du sport. Même pour courir, seule une paire de baskets est indispensable.
    Voilà, je ne sais pas si j’ai été très clair … ce que je veux dire en somme, c’est qu’à trop vouloir « partager » ou « se motiver » sur les réseaux sociaux, tout le monde en vient à faire la même chose de la même manière (où au moins, ça donne l’impression qu’il n’y a qu’une seule manière de faire les choses).
    Je crois qu’il faut vraiment se demander pourquoi on fait les choses (tel sport, telle épreuve, tel rééquilibrage alimentaire, telle prépa… ) et être en accord avec sa propre pratique, sans culpabilité ! Et quitte à s’exposer sur instagram, ne pas avoir peur de montrer les fails, parce que c’est la réalité et que tout le monde peut en tirer des enseignements. C’est aussi ça, le partage…
    Je ne peux que conseille de suivre ce garçon : Colin Arros, triathlète brillant et atypique, très rafraichissant 🙂 : http://breizhandur.lo.gs/ et https://www.facebook.com/colinarros.breizhandur/

    Merci pour ce que tu fais de ton côté !

    1. Post
      Author
      Mathildedrg

      Hello Pauline,

      Merci pour ce long commentaire. Je te rejoins en grande partie.

      Après, peut être aussi que même si on partage tous + ou – la même chose et de la même manière, ça a donné envie à certains de s’y mettre, et qu’ils partagent à leur tour, et ça fait effet boule de neige. Mais ça ne doit en aucun cas être « la norme » ou culpabilisant.
      Je ne parle pas de la mode du fitness, car pour être tombée dedans à une époque, je sais que ça peut avoir un côté très malsain (culte du corps, controle de l’alimentation etc). Mais chacun est libre de faire de qu’il veut 🙂

      Il y a 10 000 façons de faire du sport, et et même pour chaque sport, il y a de nombreuses façons de les pratiquer. Parfois, quand on débute, on copie et on pense qu’il n’y a qu’une façon de bien faire. Puis on découvre et on apprend. C’est + ou – loin de trouver ce qui nous plait vraiment et ce qu’on a envie de faire pour nous, et pas parce que c’est « à la mode sur Insta ». Mais dans le fond, ça part d’une bonne intention : se mettre au sport. Chacun son rythme.

      Et pour ce qui est de montrer ses fails, ses fringales, ses doutes, etc … un grand OUI ! Si ils sont sincères, et pas juste pour faire le buzz… Mais ça c’est une autre histoire 🙂

      Bref, ma réponse n’est peut être pas très claire. N’hésite pas à rebondir si tu veux qu’on échange + sur ce sujet bien vaste.

      À bientôt,
      Mathilde

      1. Pauline

        Hello Mathilde, et merci pour ta réponse.
        Je suis d’accord avec toi quand tu dis que ça part d’une bonne intention : se mettre au sport. Mais (et c’est peut être le point de vue « kiné » qui parle 🙂 ) je suis toujours un peu sceptique quand je vois des gens se défoncer aux abdos-fessiers à la salle mais prendre leur voiture pour aller acheter le pain à 800m. Je trouve qu’on perd un peu la notion de simplicité et de fonctionnalité. Mais tu as raison, c’est peut-être une histoire de rythme et de goût de l’effort qui vient petit à petit. Et surtout, pour être souvent en séjour à Paris et y avoir vécu, je sais comme ça peut être compliqué de faire autre chose que du fitness ou du running dans une ville comme celle-là.

        Et c’est vrai que si l’accumulation de ces images parfaites sur instagram énerve un peu, une fois de temps en temps quand on a la flemme ça joue quand même son rôle de coup de pied aux fesses 🙂 !
        Mine de rien, j’ai beau critiquer, moi aussi je me sens nulle quand je suis incapable de tenir une prépa correctement, quand je mange de la junk food et quand je fais pas mon petit renfo quand il faut… Difficile d’être cohérente entre le discours, les pensées et les actions !

        Voilà, c’est sympa d’échanger la-dessus, je pourrais en parler des heures. Je trouve ça fascinant aussi ce besoin humain d’avoir des figures modèles, des mentors… La-dessus, Instagram a clairement « universalisé » les modèles : on n’admire plus son voisin qui va courir aux aurores tous les matins, mais une petite nana comme nous qui est en plus douée pour mettre tout ça en scène. Tout se bouscule sur instagram : le culte du corps, de la perf, le côté arty, le story-telling, la fan-attitude … D’un côté c’est fascinant.

        Allez, j’arrête 😀
        à bientôt peut-être !

  7. Lau

    Avec le nouvel algorithme, je ne vois plus que des photos de nanas en brassière et de post sponsorisé. Et quand je vais dans la recherche, IG ne me propose que des nanas en brassière … Tout ça manque de variété. Je ne vois plus que la même chose en permanence. Et c’est devenu monotone.
    Meme pour les stories, je vois toujours les mêmes utilisateurs en premier !

    Mon compte est loin de pouvoir être qualifié de sportif ou d’influenceur. Encore moins populaire. Aucun de mes amis ne me follow. Je poste juste lorsque j’ai envie de poster. Soit parce que j’ai besoin de m’exprimer, soit parce que je veux garder un souvenir d’une journée/d’un moment/d’un endroit, soit parce que je suis fière de ce que j’ai réalisé. Et tant pis si la photo est moche. Après tout, je ne suis pas photographe et je n’ai jamais vraiment eu la fibre artistique …

    1. Post
      Author
      Mathildedrg

      Hello Lau,

      Merci pour ton commentaire.
      Poster lorsqu’on a envie de poster, c’est la règle #1 🙂 Et tu as bien raison de la suivre !

      Et pour ce qui est des filles en brassière, peut-être qu’il faut en unfollow certaines ? Liker d’autres contenus plus varier pour « éduquer » ton algorithme, qui te proposera alors des choses un peu différentes.

      Des bisous
      Mathilde

      1. Lau

        J’ai unfollow une centaine de personne cette année … (principalement parce que j’en avais marre de voir toujours les mêmes posts que je ne lisais même plus) mais rien n’y fait.
        Faudrait que j’essaie de faire des recherches sur des hashtags un peu random je crois 😛

        Bonne journée 🙂

  8. Astrid (Rhapsody in Green)

    Salut Mathilde,

    Allez, je me lance. Je suis d’accord avec ton article, qui pointe bien du doigt les petits travers d’instagram, son uniformité et ses tendances. C’est facile de rentrer dans le moule, de faire comme les copines… Mais je ne suis pas tellement gênée par cela : si cela a permis a de nombreuses femmes de se motiver et de se dépasser, alors c’est formidable ! Alors oui, on est tous un peu coupable de chercher l’approbation des autres, de se mettre en avant (moi la première…) mais voilà, tant que derrière les personnes sont « vraies » et montrent aussi que parfois, les performances ne suivent pas, que parfois elles boivent des bières et mangent des burgers, que parfois elles ont la flemme… eh bien je n’ai pas le sentiment de suivre des robots mais bien des filles comme moi, avec leur vie simple, leurs problèmes et leurs petits bonheurs 🙂

    Mais voilà, je suis quand même un peu gênée par ce que tu dénonces, car j’ai l’impression que tu apportes plus de crédit à la reconnaissance et aux interactions avec les filles un peu connues. Tu postais il y a quelque temps une photo de ton entorse ; je t’envoyais un message de soutien : pas de réponse. Un peu plus tard, je t’envoyais de nouveau un petit message te félicitant de ta performance : pas de réponse. Et encore plus tard, alors que tu te plaignais de perdre des followers et te demandais quelle pouvait être l’explication, j’ai aussi pris la peine de t’envoyer un message pour te donner mon ressenti. Toujours aucune réponse. Tu t’étais abonnée à mon compte ; tu t’es désabonnée. Bon, très bien, aucun souci, et puis il faudrait plus pour me vexer lol. Mais voilà, tout ça cumulé me fait me demander quelle genre de personne tu souhaites vraiment être sur les réseaux.

    Il ne s’agit pas d’une critique, plutôt un constat. Comme je te l’ai déjà dit, je continue de te suivre avec plaisir et je te souhaite d’ailleurs beaucoup de réussite. Mais je prends maintenant du recul par rapport à ce que tu dénonces… d’autant que c’est un peu la mode aussi de taper sur Instagram 😉

    Passe une très belle journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *