Compte-rendu Schneider Electric Marathon de Paris 2017

mathildedrg premier marathon de paris

Hello !

Me voilà de retour, une semaine après mon premier marathon, le Schneider Electric Marathon de Paris, pour vous en faire le compte-rendu. Un compte-rendu un peu compliqué à écrire pour moi, car si vous avez suivi mon marathon, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai été très déçue de moi-même. Une semaine après, j’ai eu le temps de digérer, et je peux donc vous raconter ma course de dimanche dernier.

Le Schneider Electric Marathon de Paris, c’était ma course du premier semestre 2017. Un an et demi que je voulais la faire, et un an que je savais que j’allais courir 42,195 KM le 9 avril 2017. Je vous en avais déjà parlé ici, à J-110, et là, à J-10.

J’étais prête, mentalement et physiquement, et la veille, je postais cela sur Instagram.

H-12 / #WhyIRun42195 🔥 . Mon dossard n’a pas vraiment d’histoire. J’en n’ai rien à me « prouver », ce n’est pas un aboutissement, c’est une suite logique 🔁 Depuis décembre 2015 j’avais envie de faire un Marathon. Mais j’ai choisi d’attendre, de profiter et d’être à l’aise sur un semi-marathon 🥇. En avril, je savais que je ferrai celui de 2017, à Paris. J’ai gagné mon dossard le lendemain du MDP2016. Ça fait un an que je sais que je prendrais le départ le 9 avril 2017 🏁 et c’est déjà demain 🙈 . Je n’ai pas le mérite d’avoir fait une prepa irréprochable de 12 ou 10 semaines. Mais je suis fière de celle que j’ai faite. Fière d’avoir écouter et suivi les conseils de @vince_le_gros pendant 6 semaines, fière d’avoir fait des semaines à 60 ou 70KM, fière d’être allée jusqu’au bout de mes séances, et fière de n’avoir pas bu d’alcool pendant 3 semaines ❤️🍻( coucou @jouanito 😂) . Demain, je prends le départ du @marathonparis parce que je me sens prête à affronter cette distance 💪🏻, parce que j’en ai envie. Envie de relever le challenge 😈, envie de voir jusqu’à où je vais tenir, et quand je vais craquer, envie de tester mes limites. Et surtout envie de partager cette expérience avec 57 000 coureurs ✨. Et je suis déterminée à aller jusqu’à bout 🤜🏻🤛🏻 ! . J’avais envie de vous remercier pour votre soutien ❤️. Et puis surtout remercier @vince_le_gros pour son coaching et ses conseils sans faille. Faire partie de la team @ar_sentier & Élite @adidasrunning m’a beaucoup apporté ces 8 derniers mois 🐯💙 Merci à tous les copains et toutes les copines 😘 Et un grand merci (en avance) à @anthonytor qui va me supporter sur les 20KM les plus durs de ma vie 😅 . Demain, je serai fière de prendre le départ, et encore plus fière de passer la ligne d’arrivée 🏃🏼‍♀️🎉 et MEGA fière si c’est en moins de …. 3h35 🤗 allez, c’est dit ! On tente, et on verra si ça passe 😏😉 . Je vous souhaite une très bonne dernière nuit ! 🌙💫 . 📸 @blond_runner

Une publication partagée par Mathilde Draeger 🏃🏼‍♀️💫 (@mathildedrg) le 8 Avril 2017 à 11h45 PDT

Mais finalement, ça ne c’est pas vraiment passé comme prévu.

Retour sur ma semaine marathon, c’est parti… C’est un article un peu (trop) long, et pas forcément structuré et intéressant. Je mets juste des mots sur ce que j’ai vécu 🙂 Bonne lecture.

LA SEMAINE D’AVANT

J-6 : Lundi 3 avril

Je me réveille hyper stressée. Je ne vais jamais y arriver. Cette semaine est une semaine clef, dimanche, c’est le jour J, et ça m’angoisse. Il faut que je fasse attention à ce que je mange, que je dorme, que je boive beaucoup d’eau.

Mais heureusement, Adidas nous a prévu un dernier entrainement à l’INSEP. 6 fois 1000m allure marathon, en short et débardeur, avec le coucher du soleil : plutôt sympa comme dernier run… Et avec les copains en plus ! De quoi reprendre confiance, écouter les conseils de Vincent (mon coach), et me caler sur l’allure avec mon pacer de dimanche, Anthony. C’est décidé, on partira en 4’50min/KM. Une allure confortable que je peux tenir sans problème jusqu’à au moins 25KM. Ensuite on avisera.

J-5 & J-4 : mardi 4 et mercredi 5 avril

Le moral est là, j’essaie de ne pas me coucher trop tard, de dormir le matin. Pas de sport de prévu, je n’en ai pas envie, et de toutes façons, je n’ai pas le temps.

J-3 & J-2 : jeudi 6 et vendredi 7 avril

Si vous êtes un peu accro au running et/ou que vous faites le marathon, vous avez forcément entendu parlé du Salon du Running, qui a, tous les ans, lieu du jeudi au samedi avant le Marathon de Paris. Et comme avec Running Heroes (là où je suis en stage), on a un stand, j’étais présente sur le salon jeudi et vendredi, de 8h30 à 21h environ. C’était top, parfait pour se mettre dans l’ambiance marathon, rencontrer les marques, et aussi rencontrer certains d’entre vous. Top, mais un peu fatiguant, il faut l’avouer : j’avais peur d’avoir les jambes lourdes à rester toute la journée debout, à piétiner. Heureusement, j’avais des chaussettes de récup BV Sport, et je pense que ça m’a bien aidé.

J’en ai évidement profité pour retirer mon dossard, et faire imprimer mon bracelet d’allure sur le stand Asics x Runkeeper. Ça y est, le dossard en main, c’est vraiment concret ! J’ai vraiment hâte d’être dimanche.

Niveau food, on arrive à ma partie préférée de la prépa : des pâtes, des pâtes, des pâtes ! Et des glucides aussi (miam la gauffre au Nutella pour le dessert).

LA VEILLE

J-1 : Samedi 8 avril

Ce jour là, je suis off ! Pas de salon pour moi. Premier matin sans réveil depuis presque un mois, ça fait du bien. Je me lève doucement vers 10H. Ce samedi, je prends du temps pour moi. Je fais le tri dans mes affaires, je vais courir 25 minutes, je déjeune avec ma sœur et mon papa, je vais faire un peu de shopping. Je bois beaucoup beaucoup d’eau. Vers 17h, je suis chez moi, et je ne bouge plus de mon canap haha.

Mes affaires pour le lendemain sont prêtes, j’ai fait ma traditionnelle photo du « race pack ». Je suis vraiment fan du débardeur que Adidas nous a offert pour l’occasion, parfait avec la chaleur annoncée dimanche.

mathildedrg marathon de paris
mathildedrg marathon de paris

Menu de soir : pâtes avec sauce bolognaise maison (viande hachée, coulis de tomates, oignons) et parmesan. Je passe une bonne soirée. Je me couche vers 23h30 / minuit je crois, avec un réveil prévu à 5h.

LE MARATHON

Jour J : Dimanche 9 avril

Je ne dors pas super bien, par vagues de 1H, 1H30. Vers 4H, j’entends mes voisins rentrer de soirée. Je somnole 45 minutes, et décide de prendre mon petit déjeuner, comme de toutes façons je suis réveillée. Le même porridge que j’ai mangé toute la semaine : des flocons d’avoine, une banane écrasée, quelques framboises congelées, et un carré de chocolat noir.

5H15. C’est la teuf au dessus de chez moi, mais il faut que je me rendorme jusqu’à 7H. Je fais quelque chose que je n’aurais jamais pensé faire, je suis allée sonner chez mes voisins pour leur demander de baisser la musique. J’ai eu l’impression d’être une nana super chiante et aigrie haha, mais il fallait que je dorme. Je me recouche, et me rendors jusqu’à 7H, comme prévu.

7H00. Je m’habille, je bois de l’eau, je vais aux toilettes, prépare mon sac avec des affaires de rechange. Et je vais réveiller mon papa, qui me déposera en voiture au Adidas Store des Champs Elysées, où j’ai rendez-vous avec Anthony et les copains de Sentier.

mathildedrg marathon de paris
Photo Kévin Sabah

7H45. Paris est magnifique, le soleil se lève doucement. C’est trop beau, et j’ai trop hâte ! On se retrouve, se motive, on accroche nos dossards, on fait quelques photos, et c’est déjà l’heure d’aller dans notre SAS. Je pars avec Julie et Anthony en SAS 3H30. Je vise 3H35, c’est donc mon SAS. On y retrouve Marie et Yohan, tout sourire. Les gens sont souriants, les Champs sont beaux, l’ambiance est top ! J’ai vraiment hâte de prendre le départ, à 8h20 !

mathildedrg marathon de paris
mathildedrg marathon de paris

Avec Julie, on se rappelle notre plan : on part en 4’50/KM et on maintien tranquillement l’allure jusqu’au premier semi. Ensuite, on avise, mais on devrait tenir jusqu’à 25/30KM. Après, on verra bien, mais on aura de l’avance sur notre chrono pour ralentir. Anthony va courir avec Julie et moi jusqu’au KM 6, puis me retrouver au 20ème pour terminer avec moi. Je dois voir mon papa au KM 18 et 32, puis ma maman et mes sœurs au KM 28 et à l’arrivée. Et surtout, la fan zone Adidas au 30ème KM. J’ai 5 gels de prévus : pour les KM 11, 21, 30, 35 et peut-être 40. J’en prends 2 avec moi, et en donne 2 à Antho. J’ai aussi une petite bouteille d’eau à la main pour pouvoir boire régulièrement. Un plan bien ficelé, tout va se passer comme sur des roulettes, je suis hyper confiante, je me sens prête et en pleine forme.

KM 0 – KM 10

8H25 : On passe l’arche de départ ! Ça y est, c’est parti pour 42,195KM dans la plus belle ville du monde. Avec Julie, on a un peu du mal à trouver notre rythme, ça bouchonne pas mal. Mais les gens sont calmes, on dirait que Paris se réveille doucement sous la foulée des milliers de coureurs. Ça va être une belle course. On slalome et double pas mal de personnes, et on arrive plus ou moins à courir en 4’50. La chaleur se fait déjà sentir, il va faire chaud. Mais ça va aller …

KM 1 : 4’47
KM 2 : 4’49
KM 3 : 4’53
KM 4 : 4’48
KM 5 : 4’48

Premier ravitaillement, Antho nous prend des bouteilles d’eau. Je bois régulièrement des petites gorgées, je ne veux surtout pas avoir soif. Je pensais que la chaussée allait un peu se dégager au fil des KM, mais ça reste bien encombré. On passe à Bastille, gros coup de boost avec la foule déjà au RDV pour nous encourager. C’est fou !

Par contre, je commence à stresser, j’ai l’impression d’être trop rapide alors que je suis à l’allure prévue, à laquelle je devrais être confortable. Je chasse vite cette idée de ma tête et continue au même rythme, toujours en slalomant sur le parcours.

Passage du 5ème KM en 24’26 minutes, j’ai 1 minute d’avance sur mon objectif de 3H35. Parfait, car je sais que je vais ralentir plus tard.

KM 6 : 4’49
KM 7 : 4’46
KM 8 : 4’58
KM 9 : 4’41
KM 10 : 4’57

Anthony nous quitte au KM7, on se donne RDV au KM20. Je continue alors avec Julie. Je regarde les gens, les supporters. Je ne réalise toujours pas que je suis en train de courir mon premier marathon. On vérifie régulièrement notre montre pour être sûres d’être à la bonne allure. On n’a plus de bouteille d’eau, ce n’est pas grave, on en prendra une au prochain ravitaillement. On passe le 10ème KM en 49 minutes (+24’39 minutes). 2 minutes d’avance, comme prévu. Tout roule.

KM 11 – KM 21

KM 11, on prend notre premier gel. Il fait plus frais à Vincennes, et la route plus large nous laisse plus de place. C’est super agréable, on prend même la pause pour le premier spot photo officiel.

Vers le KM 13, j’ai toujours cette sensation d’être trop rapide, et ça commence à m’angoisser. Je ne le sens pas, mes jambes ne répondent pas comme aux entrainements, pas comme à Marseille. Je me rappelle ce que Vincent m’a dit : « Si tu sens que c’est rapide, tu ralentis pour ne pas te cramer. Il y 42KM à tenir, et ta course commence au 32ème» Ça me rend folle de ne pas être à l’aise à cette vitesse, mais je m’écoute, et je dis à Julie de continuer à son rythme, et que je vais passer en 5’00/KM pour ne pas prendre de risque. Le doute m’envahit : et si je n’y arrivais pas ?

KM 11 : 4’46
KM 12 : 4’58
KM 13 : 5’01
KM 14 : 4’53
KM 15 : 5’07

15 KM courus, plus d’1/3 de la course. Je passe le 15ème en 1H14’10 (+ 25’05), et j’ai toujours 2 minutes d’avance. Je n’ai pas perdu de temps, mais je n’en gagne plus.

Julie part devant. Je suis toute seule, dans le calme de Vincennes. Mon moral prend un premier coup. Je me motive en me disant que ce n’est pas grave, que je suis dans les temps, et que je vais voir mon papa au KM 18. Ça ira mieux après.

17, 18, 19, personne ! Zut, je l’ai raté… Décidément, entre ça et mes jambes qui n’avancent pas comme prévu, ce n’est pas mon jour. Prochain check point, Anthony au KM 20. Il doit se demander ce que je fais. Moralement, ça ne va pas. Ma bonne humeur et mon optimisme du début de course ont disparu, et on fait place à de l’inquiétude et de la frustration.

KM 20, Antho est là ! Je lui dis que ça ne va pas, que je ne le sens pas, que je suis nulle et que je ne vais pas y arriver. Il essaie de me rassurer, me dit que c’est pas grave, que je suis dans mes temps et que tout va bien se passer.

KM 16 : 4’58
KM 17 : 4’59
KM 18 : 5’02
KM 19 : 5’08
KM 20 : 5’08

IMG_6345

On passe le 20ème KM en 1H39’57 (+25’47) et le semi-marathon en 1H45’46, comme prévu. J’ai 1 minute 30 d’avance sur mon objectif, et comme je ne fais que ralentir, ça s’annonce compliqué.

KM 21 – KM 30

Je suis au bord des larmes, je me dis qu’il y a encore la même distance à courir. Mes jambes sont définitivement en grève. Pourtant, je n’ai mal nul part, je n’ai pas trop chaud. Ça ne va juste pas. Antho fait de son mieux pour me remonter le moral, il motive les supporters, appelle ma maman pour lui dire que j’arrive, me dit que je ne suis pas nulle, qu’on va finir le marathon, et que ça va être bien.

IMG_6395
Photo Eliaqueem Crossfitrun

Je déconnecte au 23ème KM. Je n’y crois plus, j’ai envie de marcher. Je ne comprends pas ce qu’y m’arrive. Mais Antho me motive à continuer à courir, même doucement. Je regarde mes pieds, et je passe en pilote automatique. Avancer, toujours. Je ne regarde plus ma montre, je sais que c’est foutu. Je n’ai toujours pas pris mon deuxième gel, je n’en veux pas. Anthony me force à en prendre quand même un peu, il me faut du sucre.

Je sais que les ponts arrivent. J’entends des personnes qui m’encouragent, ça me fait chaud au cœur, et me rend triste en même temps. Tout ça pour ça, pour faire un temps bien au-dessus de mes espérances. Et je sais que les tunnels des quais arrivent. Mais que ma maman et mes sœurs sont au bout, au KM 28. Une jambe après l’autre, un peu de gel, d’eau sucrée préparée par Antho, et d’eau normale.

KM 21 : 5’15
KM 22 : 5’15
KM 23 : 5’30
KM 24 : 5’50
KM 25 : 5’57

25KM, en 2H08’43 (+28’46), soit plus de 3 minutes qu’en entrainement, et 2 minutes de retard.

Les tunnels s’enchainent, Anthony me donne la main dans les montées, il me tire. Il ne faut pas que je marche. On croise des stêtes connues, j’essaie de me dire qu’il faut que je profite. Mais je n’y arrive pas, je suis coincée dans ma déception et frustration.

KM 28, mes sœurs et ma maman sont là, à la sortie du dernier tunnel, avec une pancarte. Je suis tellement heureuse de les voir, je pleure, et je leur dis que ça ne va pas. Ma maman part avec nous, pour me soutenir. Elle me réconforte, me dit qu’on s’en fout du chrono, qu’elle est fière. Je n’arrive pas à l’entendre mais je suis vraiment contente qu’elle soit là. Elle est quand même en train de courir en jean (avec une paire de running) avec moi, sous 25 degrés. Elle me dit que mon papa est au KM 31, qu’il est super triste de m’avoir loupée, mais qu’il est bien là. Je sais qu’on va voir toute la team Adidas un peu avant le 30ème KM, puis papa au 31, ça me donne un peu de courage. J’essaie de relever la tête, de me dire que ça va aller, mais j’ai les jambes tellement lourdes que ça ne va pas. J’ai honte de ma vitesse, honte du temps que je vais faire, et peu importe que ce que Anthony ou ma maman me disent (« Mathilde, t’es en train de courir un marathon, tu connais beaucoup de gens, en dehors de Adidas, du boulot et Instagram, qui courent un marathon ?!« ), je me martèle que je suis nulle, et que ça m’apprendra à avoir trop confiance.

IMG_6375
Ma maman on fire <3

On arrive enfin à la fan zone Adidas, et ça reste un des meilleurs moments de ma course. Une ambiance de folie, tous les copains de tous les quartiers là pour nous encourager. Je prends toutes l’énergie des supporters pour les prochains mètres. On arrive bientôt au 30ème, je réalise que depuis le 27ème KM, je suis en zone inconnue. Mais je m’en fous. Je ne veux plus de mes gels, je bois alors de l’eau sucrée, sous les ordres de Antho.

KM 26 : 6’30
KM 27 : 6’30
KM 28 : 6’15
KM 29 : 6’06
KM 30 : 6’29

KM 30 – KM 40

Je passe le fameux « mur » des 30KM en 2h40’20 (+31’37), avec 8 minutes de retard sur mon objectif. Autant vous dire que je n’espère plus grand chose. Anthony me répète que le chrono on s’en fout, que ça arrive même aux meilleurs, qu’il ne reste que 12KM, et que ça va aller, qu’on va le finir ! Et en courant !

Au KM 31, je vois mon papa, enfin ! Un rapide câlin, et c’est reparti. Ma maman va nous laisser juste avant de rentrer dans Boulogne, pour retrouver mes sœurs et me voir à l’arrivée.

IMG_6301

Je n’ai plus trop de souvenirs à partir de là, c’est assez décousu. J’étais dans un autre monde. J’étais tellement désespérée. Heureusement que Anthony était là. Dans Boulogne, j’ai marché 3 fois 200 mètres, et repartais sous les encouragements de Anthony. Le pauvre, qui s’attendait à faire un semi en 1h50, a été génial et hyper patient.

J’ai vu plusieurs d’entres vous m’encourager, sur les côtés, ou en me doublant. J’étais tellement contente pour vous, mais tellement vexée de ne pas courir comme prévu. Je me souviens de Christophe, Emma, et Said, croisés par hasard, qui m’ont motivée sur quelques mètres.

IMG_6348

J’ai l’impression de ne pas avancer, les KM sont de plus en plus longs..

KM 31 : 6’08
KM 32 : 6’31
KM 33 : 7’06
KM 34 : 7’47
KM 35 : 6’59

35 KM en 3H16’17 (+36 minutes). Anthony essaye de me motiver en me disant « Allez Mathilde, plus que 7, c’est la fin ! » 7 KM… Je me dis qu’il reste du coup encore au moins 50 minutes de course. J’en peux plus, je ne veux plus. Je me déteste, je déteste Vincent d’avoir pensé que je pouvais faire un temps (pas en vrai hein 🙂 ), et j’ai toujours cette honte qui ne me quitte plus depuis le KM 23. Honte d’y avoir cru, honte d’avoir annoncé un tel objectif, honte d’avoir pensé que je ne ferais pas plus de 4H.

Tant bien que mal, on continue. Je ne voulais toujours pas de mes gels, Anthony m’a alors donné des abricots (les fameux), que j’ai mangé en marchant. Lorsque j’ai réalisé que j’allais finir en plus de 4H, je me suis effondrée. Jamais je n’aurais pensé faire mon marathon en plus de 4H… Mon égo (déjà bien abimé) a encore plus dégringolé.

36, 37, 38.. Allez encore 4… Qu’on en finisse.

Vers le KM 39 je crois, on croise Fafa, qui va courir presque 1KM avec nous, et hurlant des encouragements ! Ça me fait plaisir, j’essaie de penser à autre chose, tout en regardant mes pieds.

IMG_6311

KM 36 : 8’25
KM 37 : 6’47
KM 38 : 6’51
KM 39 : 6’18
KM 40 : 7’35

L’ARRIVÉE

On arrive au 40, il en reste 2… Ça fait 3H52’43 que je cours (+36’36). 2KM et je suis marathonienne. Mais je ne réalise toujours pas. Je ne me souviens pas vraiment des 2 derniers KM.

KM 41 : 06’47
KM 42 : 06’50

Je sais que j’ai essayé d’accélérer quand j’ai vu la ligne d’arrivée, que cette dernière ligne est magique avec tous les supporters qui tapent sur les bâches, la tapis vert, l’Arc de Triomphe. Je me dis qu’en passant sous l’arche d’arrivée, je vais enfin me sentir marathonienne. Mais rien. C’est fini, et c’est tout. En 4 heures, 7 minutes et 12 secondes. Je pleure de fatigue, de rage et de déception.

On marche, je récupère ma médaille, mon T-shirt. Mange quelques oranges, bois de l’eau. C’est fini, vraiment. Je n’arrive pas à m’en réjouir. J’appelle ma maman pour lui dire que je suis bien arrivée, puis mon papa. On se retrouve au magasin Adidas. On y marche doucement avec Antho. Lui comprend, il s’est aussi planté l’année dernière. Je ne veux parler à personne, je ne veux pas entendre « C’est super bien pour ton premier » ou « mais on s’en fout du chrono, t’es marathonienne ». Je suis déçue, il faut que je digère.

Hormis la fatigue, je vais bien, et c’est ça qui m’énerve me plus. Mes jambes sont hyper lourdes, mais je vais bien. Je n’ai pas mal, ça tire, c’est tout. Je ne comprends toujours pas ce qu’il s’est passé. Et ça me rend folle. Folle de rage, de déception. Je suis marathonienne et je m’en fous. Anthony me dit que c’est normal, qu’il faut que je digère et que ça peut mettre quelques jours.

IMG_6309

Je récupère mes affaires chez Adidas, m’effondre de pleurs dans les bras de Vincent, Julie, et Kévin… Et retrouve mon papa, qui m’attend devant.

L’APRÈS MARATHON

J’ai fêté mon marathon au restaurant, avec ma maman, mon papa et mes sœurs, une pinte de blanche et un burger. J’ai vite retrouvé le sourire, et la colère est partie petit à petit.

IMG_6318

Après un bon bain, j’ai retrouvé les copains de Sentier à Boulogne pour quelques bières. Plus tard et avec du recul, c’était cool d’en parler, de féliciter tous ceux qui ont finis, et tous ceux qui ont fait un super temps. Je suis hyper contente pour Marie et Julie, qui ont tout déchiré ! Des championnes.

Le lendemain, j’ai posté ça sur Instagram.

J+1 / #WhyIRun42195 . Un IMMENSE MERCI à tous pour vos messages et commentaires ❤️ ça me touche vraiment 🙏🏻 . Quelques mots sur hier avant de tout vous raconter dans un article. Aujourd’hui, ça va mieux 😇 je réalise doucement que je suis marathonienne🥇 même si c’est en 4h07 et non en 3h35 comme espéré. Pour ceux qui se posent la question, je n’ai pas d’explication. Je ne me suis pas blessée, je n’ai pas eu de grosse douleur, je n’ai pas eu spécialement chaud ☀️. Ce n’était juste pas mon jour. Je suis partie à l’allure prévue, à laquelle, théoriquement, j’aurais du être confortable au moins jusqu’à 24/25KM. Au KM 14, j’ai compris que ça n’irait pas. Au 24e, j’ai décroché, et j’ai vu le chrono s’envoler. À partir de là, c’était aussi dur moralement que physiquement. Mais j’ai eu la chance d’être très bien entourée, par Antho 🙌🏻, par ma maman qui a couru 4KM en jean avec moi 😅, mes sœurs et mon papa ❤️, et surtout par vous, et la famille AR partout sur le parcours. Sans ça, j’aurai probablement abandonné… . Comment expliquer un tel écart entre l’objectif et le résultat ? Aucune idée. Je pourrais remettre en cause ma prepa trop courte, mon manque de sommeil, une alimentation pas assez saine, un départ trop rapide, ou encore trop de confiance ? Mais avec du recul, je n’ai aucun regret. Je ne regrette pas d’avoir annoncé un objectif et d’y avoir cru. C’était théoriquement atteignable. Comme je le disais samedi, je suis fière de m’être inscrite, fière d’être allée au bout de ma prépa, et fière d’avoir pris le départ. Et finalement, fière d’être allée jusqu’au bout. . Alors oui, je suis déçue de mon temps. Mais je sais que je vaux mieux. Et à J+1, je n’ai qu’une envie, c’est de prendre ma revanche sur cette distance 😏 @anthonytor , tu re signes ? 😂 . En attendant, je vais récupérer. Je ne suis pas blessée, je vais donc pouvoir vite recourir, et m’éclater sur des 10KM & semi 💓🏃🏼‍♀️ Parce que hier, j’ai appris que la course, c’est aussi savoir tomber, mais vite se relever 🙏🏻 . Encore BRAVO à tous les marathoniens de hier 💪🏻 on est allé au bout, et c’est la plus belle des victoires 🥇 . 📷 @blond_runner / @adidasfr ✨

Une publication partagée par Mathilde Draeger 🏃🏼‍♀️💫 (@mathildedrg) le 10 Avril 2017 à 0h48 PDT

Ça résume bien ce que je pense, à J+7. Je ne regrette rien. Je ne regrette pas ma prépa, et je ne regrette pas de m’être fixée cet objectif. Ce n’était juste pas mon jour.

Mais je regrette de ne pas avoir su prendre du recul pendant la course, et de m’être gâchée les 30 derniers KM pour une histoire d’égo. Je n’ai même pas savouré passer sous l’arche de l’arrivée, et c’est ça que je regrette le plus. J’ai du mal à me dire que je l’ai fait, car cette course a comme un goût d’inachevé, j’ai l’impression de ne pas mériter ma médaille…

Mais je suis marathonienne ! Et je n’ai qu’une envie, c’est de prendre ma revanche. Sur un marathon, et sur d’autres courses, d’autres distances.

J’étais prête pour ce marathon, je le sais. Et faire cette prépa, même courte, m’a appris à en suivre une, à aller au bout des choses, à me faire confiance et me dépasser. En préparant ce marathon avec Vincent, j’ai changé ma pratique, je l’ai structuré. Et ça m’a énormément apporté. Et j’ai vraiment hâte de recommencer une nouvelle prépa, avec un objectif. Parce que oui, je cours pour le plaisir, mais j’ai besoin d’objectif pour avancer, je suis comme ça. Alors oui, parfois on se plante. Mais on se relève, on apprend, on se remet en cause et on avance.

Certains diront que je suis trop négative, mais je n’ai pas eu envie d’enjoliver la façon dont j’ai vécu mon premier marathon. Je suis aussi déçue de ne pas pouvoir écrire que c’était génial, que c’est une sensation extraordinaire, que je me sens transformée… Parce que ça n’a pas été le cas 🙂 Mais ça ne veut pas dire que je pense que c’était une expérience négative. Au contraire, je suis très heureuse de l’avoir fait. 

IMG_6412
Marathon de Paris Mathildedrg

ET LA SUITE ?

Je ne me suis pas encore inscrite à une nouvelle course, mais la prochaine sera très certainement à 10KM, au moins de juin. Puis un semi-marathon à la rentrée. Et peut-être un marathon avant la fin de l’année, qui sait…

Je terminerai cet article (vous êtes encore là ?) en vous disant un ENORME MERCI pour tout votre soutien, pour les centaines de messages & commentaires que j’ai reçu, ça m’a énormément touchée. MERCI MERCI MERCI !

Je vous dis à très vite 🙂

Mathilde

Comments

  1. Camille - mavielabas

    Pas facile de lire ton CR tellement on peut s’imaginer être à ta place… C’est sûre, tu es marathonienne et bravo, ce n’est pas rien ! Mais je comprends que tu es pu être déçue de ton temps, ta fin de parcours alors que tu attendais autre chose et que ça avait bien commencé.
    En tout cas ne te jette pas la pierre trop longtemps, c’est fait c’est comme ça et puis eh ! tu as tenue, tu as terminé la course ! Et maintenant que tu sais ce que c’est que de courir un marathon tu ne pourras qu’être meilleure la prochaine fois et avoir ta revanche 🙂
    Encore félicitations et continue de nous faire rêver. Tortue comme je suis, le lièvre que tu es me fait rêver ^^

  2. Amandine Thomas

    Ton compte rendu est très touchant. Je suis émue par ton courage et ta détermination au quotidien ! Tu as eu raison d’y croire, tu n’en ressortiras que plus forte.
    J’admire ton envie d’en faire toujours plus, car tu as quand même finis un MARATHON 🙂
    Je ne doute pas de tes prochaines performances, je suivrais ça avec attention, j’ai hâte. J’espère un jour réaliser le 1/4 de ce que tu as fais !
    Plein de courage et de force pour tes prochains objectifs 🙂 à très vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *