Compte-Rendu : 10km de l’Equipe 2016

 

Pour moi, les 10km de l’Equipe, c’est un peu comme le Semi de Paris : la course que tout coureur parisien se doit de faire. Cela faisait 2 ans que j’en entendais parler sur Instagram, et je n’avais pas encore eu la possibilité d’y participer. Cette année, j’ai pris mon dossard le jour de l’ouverture des inscriptions, trop impatiente de recourir un 10km officiel après la Odlo Crystal Run.

IMG_2542

Inscription faite en février, avec pour objectif -43 minutes. Et oui, j’ai couru la Crystal Run en 45 :58, sans entrainement, seulement 2 semaines après ma reprise de la course. Je me dis qu’après 4 mois d’entrainements, je serai encore plus performante. J’ai donc, à l’époque, un challenge ambitieux, mais réalisable.

Mais voilà que le week-end de la course arrive, et que je sais que je ne suis pas au niveau. Je revois mon objectif à 44 minutes, puis même 45 minutes une semaine avant le jour J. J’ai des raisons qui expliquent cela. Attention, j’écris des raisons et non des excuses : je sais pourquoi je ne serai pas aussi performante que prévu, et je suis responsable de cela.

Tout d’abord, je ne me suis pas entrainée en course à pied comme j’aurai aimé, car étant un peu blessée, j’ai fait quelques coupures, et j’ai raté quelques précieux entrainements. Ensuite, il paraît que j’ai couru trop de semi-marathons et courses longue distance (Semi de Paris, de Marseille, de Nantes, et Wings For Life 23km) sur une courte période, ce qui a habitué mon corps à une certaine vitesse de croisière. Il aurait fallu que je reprenne tout de suite des entrainements spécifiques comme le fractionné court (30/30 par exemple) pour regagner un peu en vitesse. Et puis, je me suis un peu laissée aller ces deux derniers mois. Pas ou très peu de renforcement musculaire à coté de la course, alors que c’est important pour gagner en résistance, vitesse et explosivité.

IMG_3078 - copie
Résumé de mon alimentation les 3 derniers mois #passionburger

Mais surtout au niveau alimentation : je me suis fait très très TRÈS plaisir, sans aucune culpabilité (et je ne regrette pas) avec des restaurants, des apéros, des déjeuners de famille, des gouters avant d’aller bosser (merci Starbucks à la sortie du métro !)… L’addition pique un peu, car moins de sport + beaucoup de plaisirs = perte de muscles et +4,5kg sur la balance… Rien de trop grave, mais quelques kilos en plus jouent sur les performances. Et oui, quand on est plus lourde et plus mole, on avance moins vite que lorsque l’on est plus légère et plus tonique haha ! Du coup, à J-3 du départ, je me dis que si je passe la ligne d’arrivée en moins de 45 minutes, c’est déjà pas trop mal. Mais pas plus par contre ! Objectif -45 minutes, et pas une seconde en plus.

J-1 : J’ai l’anniversaire d’une très bonne amie, j’y vais en sachant que je vais boire un peu. Mais comme je sais aussi que je ne ferrai pas des étincelles de lendemain, ce n’est pas  très grave. Résultat : un mojito, deux bières et une pizza, couchée à 2h du matin, pas certaine que ce soit la meilleure chose à faire avant une course, mais j’ai passé une très bonne soirée, et c’est ça qui compte. (PS : je vous recommande l’Assommoir, Paris 9, un bar super sympa 😉 )

Jour J : Réveil un peu avant 7h, petite douche, petit dej, et c’est parti, RDV Place de la République. Pas de super humeur, ni vraiment motivée, je dépose mon sac à la consigne, puis pars en petite foulée en compagnie de Charly de Healthfit pour rejoindre notre SAS -43 minutes. Le SAS se rempli au fur et à mesure. Je retrouve 3 copains, et on prendra le départ ensemble. 9h05, 5 minutes après les Elites et préférentiels, c’est parti ! Avec pour objectif de faire moins de 45 minutes, j’essaie de ne pas dépasser l’allure de 4:30/km. Sur les 2 premiers kilomètres, je me sens plutôt à l’aise, même si je me fais déjà bien doubler. Mais je suis sereine, les jambes ont l’air d’être au RDV. Par contre à partir du 3ème, j’en ai déjà marre. Je maintiens l’allure, mais le cœur et le mental n’y sont pas vraiment. Au 5ème kilomètre, je n’ai que 15 secondes d’avance sur mes temps prévus, et je sais qu’une montée nous attend au 8ème. Au 6ème kilomètre, je n’ai plus du tout d’avance. Je n’arrête pas de me faire doubler, je ne trouve personne à qui m’accrocher, ce que me démoralise encore plus. C’est la première course depuis février où j’ai le sentiment d’être nulle, de ne pas être à ma place. Je vois bien que je ralentis, mais impossible de relancer la machine. Je n’arrivais pas à me dire d’accélérer, alors que je sais au fond de moi que j’aurais pu le faire. Mais sur le moment, non. J’ai couru mes 7ème, 8ème et 9ème kilomètres à une allure de 4:40 en moyenne. Bye bye l’objectif de 45 minutes. On attaque enfin le dernier kilomètre, une belle ligne droite jusqu’à l’Arche d’arrivée. Le mental revient un peu, surtout quand j’aperçois un des copains avec qui j’ai pris le départ 150 mètres devant moi. J’accélère pour le rattraper, et on se tire mutuellement jusqu’à l’arrivée. Ouf, c’est fini ! C’était pas long, mais c’était chiant, et dur.

IMG_2583
Coucou, c’est moi derrière sur le dernier kilomètre !

Chrono officiel : 45 minutes et 17 secondes, soit un petit record pour moi, mais bien loin de mon objectif initialement placé à 43 minutes (on ne rigole pas s’il vous plaît). Je suis déçue de ne pas avoir fait moins de 45 minutes, mais pas surprise : je ne le méritais pas. Avec une prépa médiocre, une sortie la veille, et une humeur boudeuse & paresseuse le jour J, c’est bien fait pour moi, cela m’apprendra ! Parce que en soit, 17 secondes sur 10km, ce n’est même pas 2 secondes en moins par kilomètre. J’aurais du et pu passer en dessous de 45 minutes, si j’avais un peu plus cru en moi pendant la course. Cela me servira de leçon, car on apprend de ses erreurs !

Capture d’écran 2016-06-07 à 01.05.32
Allez, celle-ci c’est cadeau !

On ne peut pas gagner à chaque fois (ni avoir de belles photos 😉 ), et j’ai hâte de reprendre ma revanche sur cette distance. Cette fois, j’arriverai 100% préparée et concentrée pour faire un vrai chrono. Rendez vous à la rentrée pour un prochain 10km, et dans un an pour cette même course !

Sinon, par rapport à la course en elle-même, contrairement à beaucoup, j’ai bien aimé (après coup bien sur, et avec du recul ahah) le parcours, grimpant mais challengeant. Les 10km de l’Equipe (course A.S.O. Challenges, comme la Crystal Run, le Semi de Paris, Run In Marseille, le MDP et beaucoup d’autres…) étaient super bien organisés : village, retrait des dossards, consignes, SAS, arrivée au top et sans encombre. Rien à dire, comme d’habitude. Ah si : est-ce que l’année prochaine, nous les femmes, on peut aussi avoir un T-shit au lieu d’un débardeur trop moulant haha 🙂  Merciii !

Capture d’écran 2016-06-07 à 01.12.59

D’ailleurs, je remercie A.S.O qui m’a offert 3 dossards à faire gagner sur Instagram. Anne, Juliette et Sophie sont les heureuses gagnantes du concours, et voici un petit résumé de leur course. Bravo à elles 3 ! 

Anne (@peach_fit_n_run)IMG_3079

« Superbes sensations pour un retour à la compétition. 6 mois seulement après mon accouchement, je visais 52 minutes mais finalement j’étais très bien alors j’ai poussé sur la fin de parcours. L’ambiance était sympa, le parcours également. »

Juliette (@doitstayfit)

13288675_10209252674734352_822206979_o

« Une course difficile pour moi car non préparée et beaucoup de fatigue accumulée, donc l’enchaînement des looongues cotes a été difficile à suivre. Partie sur un rythme aux alentours de 4″30 sur les 3/4 premiers kilomètres, je finis dans la douleur en 50″20. Avant le départ, je fais la rencontre de Nicolas qui court son premier 10K avec objectif 47″, il me dit qu’il ne va pas partir trop vite, je sais qu’il a raison mais je me connais, avec l’excitation je ne peux m’empêcher de partir trop vite. Ça n’a pas loupé…j’ai fini dans le rouge!
Mais cela reste une course dont je garde un bon souvenir, peu de bouchons, et une bonne organisation au village de départ et à l’arrivée, je retenterai mieux préparée et avec un lièvre pour me rebooster tout le long. »

Sophie (@sophie_maylis)

« Objectif: faire au alentours de 50min…13389090_10153908569369818_1366588395_o

Premier kilomètre, partie beaucoup trop vite, je suis essoufflée comme pas possible et j’ai clairement des boulets aux jambes, j’ai l’impression de pas avancer… Puis 2 puis 3 et bientôt le 5e kilomètre, je continue d’avancer mais je souffre… J’ai hâte que cela se termine ! Arrivée au 9ème kilomètre, j’accélère un peu et je vois l’arrivée. Ouf, c’est bientôt fini ! Résultat : nouveau record personnel mais souffrance durant la course. Ambiance très sympa malgré le manque d’un vrai village à l’arrivée pour tous se retrouver. Bilan : Un nouveau 10km au compteur et de nouveaux objectifs en ligne de mire ! »

Et vous, avez-vous courru les 10km de l’Equipe cette année ? N’hésitez pas à me raconter votre expérience 🙂 

À très vite,

Mathilde

Comments

  1. lemondedeboudinet

    ah ah la photo est au top ^^ une belle course quand même et tu as bien analysé les sources du « problème »! Trop de courses c’est toujours compliqué d’assurer après! T’es quand même au top!

    1. Post
      Author
      mathildedrg

      Merci Jess ! Les « problèmes », c’est surtout une hygiène de vie un peu moins bonne que d’habitude, et une jolie sortie la veille haha ! Mais bon, parfois, faut lacher un peu prise !

  2. Fanny

    Bravo pour ta course, ça reste un RP même si ce n’est pas celui visé. J’avais beaucoup aimé cette course l’année dernière, je voulais même la refaire cette année, mais elle tombait pile la semaine où je n’étais pas sur Paris… Du coup j’ai fais les 10Km pour elles dimanche. Mais je pense que je reviendrai l’année prochaine hihi.

    1. Post
      Author
  3. Pingback: Courses 2016 : bilan de printemps et objectifs de rentrée – JOURNAL DE BORD

  4. Pingback: Compte-Rendu : Les 10km Paris Centre, le 02 octobre 2016 – MATHILDE DRG

  5. Pingback: La course à pied : ce sport ingrat qui nous veut du bien – MATHILDE DRG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.