Comment bien choisir sa paire de runnings + mon avis sur la Boston Adizero

Hello hello !

Je reviens aujourd’hui avec un article un peu nouveau pour moi : mon avis sur une paire de chaussures. Etrangement, en 2 ans, je n’ai jamais eu envie d’en écrire un. Ironique pour un blog running non ? Pourquoi est ce que je n’ai pas souhaité le faire avant ? Car choisir une paire de runnings est quelque chose de personnel et complexe. J’ai tendance à dire qu’une paire de runnings, c’est comme une baguette magique : chaque coureur a ses besoins et ce n’est pas parce que tel modèle correspond à intel qu’il nous correspondra.

 

Avant de vous donner mon avis sur les Boston, je vais vous donner quelques clefs pour trouver VOTRE paire de runnings.

Tout d’abord, il faut que vous déterminiez quel est votre type de foulée. Il existe 3 types de runners : les runners universels, les runners pronateurs (comme moi), et les runners supinateurs. Quésaco ?

Tout est une question d’angle. On va regarder comment se comporte votre cheville au moment de l’impact du pied au sol. Si la cheville reste droite, vous êtes alors un coureur universel. Si elle casse vers l’intérieur, vous êtes pronateurs. Et si c’est vers l’extérieur, vous êtes supinateur.

15045728_10153812775256537_993159862_n
Exemple de pronation : arrêt sur image d’une vidéo de Arthur en train de courir. On voit bien que sa cheville casse complètement vers l’intérieur. Il a donc besoin d’une correction.

Comment déterminer ce que vous êtes ? Le plus simple, c’est d’aller dans un magasin de running spécialisé, qui propose ce qu’on appelle une analyse de foulée (les magasins Endurance Shop en font, ainsi que les Nike Running. Mais je suis sûre qu’il y en a d’autres).

Vous pouvez également tenter de faire cette analyse vous même, en binôme. Il faut que quelqu’un vous filme au ras du sol, en train de courir, puis passer la vidéo au ralenti pour voir comment votre cheville se comporte.

Si vous êtes universel : vous avez de la chance, car vous aurez un grand choix de running. Même chose si vous êtes supinateurs : pas besoin de correction.

Si vous êtes pronateur : c’est un peu plus compliqué. Car il faut corriger cette pronation. Si vous ne faites rien pour empêcher votre cheville de casser, vous risquez de vous blesser (genoux, dos, tibias etc).

Les conseillers des magasins de running vont vous proposer des paires stables/correctrices, avec des corrections directement dans la chaussure. C’est une solution qui peut fonctionner et correspondre à pas mal d’entre nous. C’est valable si vous avez par exemple une pronation symétrique (même degré à droite et à gauche).

Mais la vie n’est pas si simple, et souvent nos deux pieds ont chacun besoin d’une correction différente. C’est mon cas. Je ne pouvais donc pas choisir une paire dite « stable » car cela n’aurait pas équilibré ma foulée.

J’ai donc opté pour l’option podologue, qui a réalisé une analyse complète de ma foulée. Suite à cela, la podologue m’a fait faire des semelles orthopédiques pour la course, qui corrigent ma foulée, et permettent à ma cheville de ne plus casser. Je peux (et dois) donc choisir une paire de running universelle, dans laquelle je remplace les semelles d’origine avec les miennes.

L’analyse de foulée vous montrera aussi si vous attaquez avec le talon (le talon se pose en premier) ou avec le milieu / avant pied. C’est également quelque chose à prendre en compte lors de votre choix. Quelqu’un qui a une attaque talon aura en général besoin de plus d’amorti, car l’onde de choc passe du talon au genou au dos. Alors que quelqu’un qui attaque avec l’avant du pied, le choc est absorbé par le mouvement ressort de la cheville, et donc l’impact est réduit. Si vous avez une attaque avant pied, vous trouverez peut-être votre bonheur dans une paire avec peu d’amorti, voir minimaliste, ou alors avec un amorti à l’avant du pied.

Attention : ce n’est pas parce que vous n’avez pas mal lors de vos premières semaines voir premiers mois de course que vous n’avez pas besoin de correction. Pour la petite histoire, je n’avais pas fait d’analyse de foulée avant d’acheter ma première paire, les Pegasus 31 (Nike). J’ai couru 5 mois avec, dont mes premiers 20km. Sans douleur pendant les 5 mois (environ 20km par semaine), la douleur au genou (syndrome de TFL ou de l’essuie glace) s’est réveillée pendant les 20km. Mettant ça sur le compte de l’effort, je n’ai pas pensé à changer de chaussures.

La douleur a persisté encore quelques mois. J’ai pensé que c’était car j’avais besoin de plus d’amorti, et j’ai acheté une paire de Voméro 9 (Nike), réputé pour leur bon amorti. Ça allait beaucoup mieux. 6 mois après, en ayant augmenter mes distances hebdomadaires (30km), la douleur est revenue.

Je suis donc allée consulté un podologue, qui m’a expliqué que j’étais extrêmement pronatrice à droite et légèrement pronatrice à gauche. Pas le choix, c’est semelles obligatoires. Une fois mes semelles en mais, j’ai acheté une paire de Pegasus 32 (un modèle que j’aime beaucoup), changé les semelle et couru avec de janvier à septembre 2016, en changeant tous les 700km. Et depuis, tout va pour le mieux.

Une paire se change entre tous les 700 et 1000km selon les marques. Vous le sentirez de toutes façons : dès qu’une douleur ou une gêne au dos arrive, c’est que l’amorti ne fait plus bien son travail, et qu’il est temps de s’offrir des nouvelles runnings.

Maintenant que vous savez comment bien choisir VOTRE paire de running, je vais vous présentez mes copines de runs depuis septembre.

LES ADIZERO BOSTON DE CHEZ ADIDAS

Moi qui ai toujours couru avec des Nike (<3 les Pegasus), pourquoi est ce que j’ai des adidas aux pieds ? Tout simplement par un concours de circonstances. En effet, ma deuxième paire de Pegasus arrivait en fin de route, et j’ai eu envie d’acheter une paire de Mizuno, que je n’ai pas aimé du tout, beaucoup trop raides et lourdes pour moi qui aie l’habitude de la légèreté et du dynamisme des Peg. Résultat, j’avais dépensé plus de 130€ pour rien, et donc je trainais à acheter une nouvelle paire. C’est à ce moment la que j’ai été invitée par adidas pour le lancement de la Boston 6, la nouvelle de la gamme Adizero, événement durant lequel on nous a offert une paire. Un peu septique à l’idée de tester une nouvelle marque, j’ai été très agréablement surprise par ce modèle, qui ressemble beaucoup à la Pegasus en terme de sensations : dynamisme et légèreté, tout en conservant un amorti correct. La Boston est conseillée pour des distances moyennes, jusqu’au semi-marathon je crois. À quelques jours du Paris-Versailles, je ne me suis pas posée plus de questions, et j’ai adopté les Boston. Depuis fin septembre, je ne les quitte plus.

Les caractéristiques techniques de la paire :

capture-decran-2016-11-12-a-22-20-06

capture-decran-2016-11-12-a-21-33-56

Si pour vous c’est un peu du chinois, voilà ce qu’il faut retenir (et ce que je valide) : elles sont légères, le drop (la pente, différence entre le talon et l’avant de la chaussure) de 10mm est très bien si vous avez une attaque talon, et l’amorti en Boost (technologie adidas) renvoie bien l’énergie au moment de l’impact. Autre chose que j’ai remarqué, l’adhérence ++ en cas de pluie.

Le prix : 140€ sur le site adidas.com

Notez bien que ce n’est pas parce que en ce moment je cours avec ces petits bijoux, que je ne pense pas un jour recourir avec les Pegasus 33. J’ai comparé les caractéristiques techniques et ils sont assez similaires : même drop, même énergie renvoyée grâce au Zoom Air avant et arrière. La seule différence sur le papier : les Pegasus sont un poil plus lourdes (ce que j’avais remarqué en essayant les Boston). Ce sont également des chaussures qui me conviennent très bien. Les Pegasus coûtent elles 120€ en version « été » et 130€ en version hiver.

Moralité : il faut essayer plusieurs paires afin de se faire son propre avis. J’ai tellement entendu dire que Asics et Mizuno étaient les meilleures, que je me suis laissée tenter par des Mizuno… que j’ai porté 3 fois ! Car ce type de modèle ne me plait pas du tout, contrairement aux modèles plus légers et dynamiques de chez Nike et Adidas. Et en plus, elles sont plus belles haha !

Bref, si on récapitule pour trouver sa paire :

On fait une analyse de foulée

On se fait conseiller en magasin

On va se faire faire des semelles si besoin

On teste différents modèles afin de comparer et trouver chaussure à son pied.

Et vous ? Quelle est votre paire de running ? Comment l’avez vous choisi ?

capture-decran-2016-11-12-a-22-25-06

 

PS : les Boston m’ont été offertes il y  plus de 2 mois, mais j’ai moi-même pris l’initiative de vous présenter cette paire, en la comparant à mes premiers amours, les Pegasus 🙂

Comments

  1. Sablotine

    Très sympa ton article. Les miennes ce sont les ultraboost d’Adidas. Je les ai choisies pour le look et elles me conviennent finalement très bien. Mais me faire faire une analyse de foulée par un spécialiste me tente bien…

    1. Post
      Author
      mathildedrg

      Hello ! Tu peux normalement aller dans un magasin de running, aujourd’hui, la plupart propose une analyse de foulée 🙂 OU si as accès à une salle de sport, il suffit de demander à quelqu’un de filmer tes pieds quand tu cours sur un tapis. De derrière et de profil ! ça peut déjà te donner une idée de ta foulée ! Après, rien ne vaut un spécialiste 😉

  2. LOLA

    Hello hello !
    Je me demandais depuis combien de temps tu avais tes Adidas ? Parce que j’ai pris exactement le même model en avril et résultat, j’ai dû changer début octobre (et en ayant eu un arrêt forcé de 2 mois cet été !) à cause d’une grosse inflamation aux niveau du genoux car elles étaient totalement foutues ! Et le vendeur du magasin où j’étais allée (magasin spécialisé, un des plus réputés de ma ville et que mon père connait depuis bien 10 ans, du coup j’ai confiance) m’a dit que plein de gens étaient revenus comme moi avec des douleurs de partout ! Du coup très sceptique (et super triste aussi parce que j’ai jamais eu d’aussi bonnes sensations qu’avec celles-là !) et je voulais juste te prévenir … Fais attention à toi !
    Bisous, et merci pour tous ces articles trop chouettes :))

    1. Post
      Author
      mathildedrg

      Hello Lola 🙂 il me semble que ce modèle là, les Boston 6 sont sorties à la rentrée, en septembre.. Tu as peut etre le modèle précédent ? Je cours avec depuis fin septembre. C’est vraiment bizarre car j’en ai entendu que du bien, et j’ai aucun pb avec. Tu es sure qu’elles correspondent à ta foulée ? Elles étaient foutues comment ?
      Merci en tous cas 🙂

      1. Lola

        Ah peut-être qu’ils ont fait une correction, parce que le vendeur a pu me faire un deal (j’ai juste eu à payer la différence de prix des noivelles), du coup je sais pas si c’est parce que y avait un défaut et qu’ils auraient un accord avec la marque … 🤔 Mais y avait plus aucun amorti et du coup mes genoux partaient dans tous les sens, même mes vieilles baskets utilisées plus d’un an me maintenaient mieux quand j’ai changé ! Enfin bref, faudra faire un retour à long terme, histoire que je sache si je peux y retourner l’année prochaine, parce qu’elles étaient au top jusqu’en octobre ! 😇

  3. Ajs

    J’ai l’ancien modèle et je le kiffe de ouf c’est la meilleure paire que j’ai jamais eue 💕 Par contre j’aurais juste un truc à corriger dans ton articles : tous les médio pieds ne repassent pas forcément en attaque Talon lors d’une longue distance 😉

    1. Post
      Author
  4. Marie Vrignaud

    Je reste team Pegasus pour le moment <3 Troisième paire achetée cette semaine suite au TCS NYC Marathon 🙂 Mais j'ai beaucoup aimé ton article, on en apprend tous les jours ! 😀

    1. Post
      Author
  5. Mathilde Goffin

    Hello! Super ton article. Personnellement, j’ai découvert la marque Hoka One One qui est vraiment super, cela fait un an que je cours avec les Bondi 4 et elles sont top 🙂 Tu en as déjà entendu parlé ? Je te conseille de tester !

    1. Post
      Author
  6. Pingback: La course à pied : ce sport ingrat qui nous veut du bien – MATHILDE DRG

  7. Anne

    Hello!
    J’ai une question sur les tailles de la Boston: j’ai envie de tester ce modèle, habituellement je prends du 39 (25 cm) chez Nike et New Balance. Et là si je suis le guide des tailles d’Adidas ça correspondrait à 40 2/3, ça me parait un peu beaucoup?
    Selon toi elles taillent si grand que ça??
    Merci! 🙂

    1. Post
      Author
      Mathildedrg

      Hello Anne !
      Personnellement, je faisais un 7 US chez Nike et je prends un 38 chez adidas en boston. Pour moi elles taillent pareil 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *